Quelles sont les charges à payer pour une SARL ?

Lorsque vous configurez une LLC, les frais SARL seront facturés dès que vous commencez votre activité.

La LLC ou la société à responsabilité limitée est une société constituée par les contributions des partenaires. Cette société sera gérée par un officiel appelé SARL Manager. Si vous développez bien votre entreprise, vous devrez payer des impôts sur vos revenus et vos cotisations sociales en fonction de vos revenus. Vous voudrez peut-être investir en achetant de nouvelles machines de production ou en recherchant de nouveaux processus pour une croissance rapide. Tous ces investissements seront des dépenses.

A découvrir également : Quel statut pour ne pas cotiser au RSI ?

En fait, ces frais LLC sont principalement de trois types : les taxes, les charges sociales et les frais d’exploitation. C’est ce que nous allons voir.

I/Expenses LLC : dépenses d’exploitation, financières et exceptionnelles

Une dépense est une dépense de l’entreprise pour un bien ou un service.

Lire également : Comment faire une facture certifiée conforme ?

A) Les frais d’exploitation

Les frais d’exploitation sont les dépenses engagées par l’entreprise pour mener à bien son activité. Par conséquent, les coûts d’exploitation sont les suivants :

  • achats de produits de base ;
  • les achats de biens ;
  • frais généraux de l’entreprise (loyer, frais postaux, équipement informatique, assurance) ;
  • taxes  (CFE, taxe foncière) ;
  • les dépenses de personnel, telles que le paiement des salaires ;
  • dotations d’amortissement ;
  • les arrangements opérationnels.

B) Les frais financiers et exceptionnels

Dépenses financières sont les coûts des prêts. De manière générale, il s’agit d’intérêts sur les prêts accordés à la banque et d’intérêts sur les comptes courants des membres.

Les dépenses exceptionnelles sont des dépenses qui ne font pas partie de l’activité normale de l’entité. En général, il s’agit de pertes liées à la cession d’un actif.

Exemple  : Une propriété fait partie du bilan de votre entreprise et vous vendez cette propriété. Si vous avez acheté 200 000 € et que vous le vendez 150 000 euros, il y aura une dépréciation de 50 000€. Il s’agira d’une position exceptionnelle. Par contre, si l’activité de votre entreprise consiste à vendre des biens immobiliers, il s’agira d’une dépense d’exploitation.

C) Quels sont les frais SARL ?

Les charges vous permettent de miner les profits. Moins il y a de bénéfices, moins l’impôt sur les sociétés sera payé. En fait, le montant de l’impôt sur les sociétés dépend du bénéfice de l’entreprise et non du chiffre d’affaires.

Exemple  : Si le chiffre d’affaires est de 100 000 € et ses charges s’élèvent à 40 000 €. Ainsi, l’avantage sera de 60 000€. Des taxes vous seront facturées sur la base de ces 60 000 €, et non pas sur 100 000 €.

Cependant, il n’est pas possible de déduire tous les frais. L’administration rétablit les tâches qu’elle considère comme un acte de gestion anormal (AAG).

Pour être admissible au poste d’AAG, le poste devra miner le chiffre d’affaires de l’entreprise et ce poste n’est pas vraiment pris en compte pour l’entreprise.

Exemple  : Si l’entreprise achète des vêtements pour le chef ou sa famille, ce bureau sera rétabli. En outre, cela peut être caractérisé par un abus de propriété sociale.

II/ Charges de la SARL : frais fiscaux

A) Le principe de la fiscalité des entreprises

En principe, le système fiscal de la LLC est l’impôt sur les sociétés (IS). Pour rappel, le SI s’appliquera aux bénéfices de l’entreprise et non pas son chiffre d’affaires (CA).

Le taux d’imposition est le suivant :

  • 15 % bénéfice de allant de 0 à 38 120 euros ;
  • 28 % pour des bénéfices allant de 38 120 à 500 000 euros ;
  • 31 % pour des bénéfices supérieurs à 500 000 euros.

Toutefois, quelques éclaircissements : le taux de 15 % ne s’applique qu’aux entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 7,63 millions d’euros. Le capital devra être entièrement libéré et la société est détenue par au moins 75 % des personnes physiques (non entreprises).

Si le projet de loi visant à modifier la trajectoire de réduction de l’impôt sur les sociétés est adopté, le taux de 3,1/3 % remplacerait le taux de 31 % pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 250 millions d’euros.

Une fois les bénéfices imposés, un impôt vous sera facturé pour la deuxième fois lorsque vous versez des dividendes :

  • ou immobilisation au taux total de 30 % (impôt social de 17,2 % et 12,8 % d’impôt sur le revenu) ;
  • Il s’agit d’un taux de 17,2 % du taux social et de l’échelle progressive de l’impôt sur le revenu.

B) Les exceptions à l’impôt sur les sociétés

Vous pouvez opter pour le système d’impôt sur le revenu (IR) dans plusieurs cas :

  • Pour toutes les sociétés à responsabilité limitée, mais seulement pendant 5 ans ;
  • Pour la LLC familiale , illimité.

En outre, si votre LLC a un seul partenaire, elle est soumise au régime de responsabilité limitée de la société unique (EURL). Dans ce cas, il est soumis à l’IR par principe et éventuellement à l’EI.

Dans le NI, tous les revenus du participant seront imposés directement selon le calendrier suivant :

  • 0 % pour un revenu allant de 0 à 9 964 euros ;
  • 14 % pour le revenu allant de 9 964 à 27 519 euros ;
  • 30 % pour des revenus allant de 27 519 à 73 779 euros ;
  • 41 % pour un revenu allant de 73 779 à 156 244 euros ;
  • 45 % pour un revenu supérieur à 156 244 euros.

C) La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

Toutes les personnes qui mènent des activités économiques sont soumises à la TVA. Bref, LLC est assujettie à la TVA .

Ils seront exemptés dans les cas suivants :

  • Pour les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 33 200 euros pour les activités de prestation de services ;
  • Pour les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 82 800€ pour les activités de livraison de marchandises.

Lorsque la TVA est appliquée, que se passe-t-il concrètement  ?

En ce qui concerne les fournisseurs, acheter une propriété avec un prix de TVA et de TVA. Ensuite, dans votre relation avec les clients, vous facturerez la TVA. Nous parlons de TVA perçue et de TVA déductible. De cette façon, vous soustrayez toute la TVA achetée et la TVA facturée, et vous trouverez un solde. Par conséquent, si ce solde est positif, l’État devra faire le montant du solde. D’un autre côté, si le solde est négatif, vous devrez le payer à l’État.

Exemple  : Vous avez une entreprise de fabrication automobile :

  • Achetez des roues et des carrosseries pour un prix total de 48 000 € (40 000 € HT. TVA et 8 000 € TVA).
  • Ensuite, vous vendez les voitures au prix de 96 000 € (80 000 € HT et 16 000 € de TVA).
  • 16 000 à 8 000 = 8 000 €. Par conséquent, vous devez 8 000 € de TVA à l’État.

D) L’impôt foncier et TEC

Le CET ou la contribution économique territoriale comprend :

  • Évaluation foncière entreprise (CFE ),
  • Et la contribution à la valeur ajoutée de l’entreprise (CVAE ).

Le CFE est payable par toutes les entreprises engagées dans une activité professionnelle autonome. Ensuite, elle s’asseyera sur la valeur des bâtiments qu’elle possède. Par conséquent, si vous ne possédez aucun bien, vous ne paierez pas de CFE. CVAE remplit les mêmes conditions que CFE, mais ne s’appliquera qu’aux entreprises dont le chiffre d’affaires exonéré d’impôt dépasse 500 000€ par an.

Veuillez noter que :

  • La première année, vous êtes exempté de CFE ;
  • La deuxième année, son assiette fiscale est réduite de moitié.

En plus du CFE, vous devrez payer une taxe foncière si vous êtes propriétaire de votre propriété.

(E) Fiscalité du transfert d’actions.

Lorsque les partenaires transfèrent les actions qu’ils détiennent dans une LLC, ils paieront taxes. Par conséquent, le taux est de 3 % de la valeur réelle du montant des actions empoisonnées. En outre, il y a une dépréciation de 23 000€ sur la valeur totale des actions.

Exemple  : Je vends mes actions pour 100 000€, ces actions représentent 10 % du capital social.

  • Le montant de l’allocation est de 23 000 *0,10 = 2 300€.
  • l’assiette est donc de 100 000 à 2300 = 97 700€
  • Le montant de la taxe est donc de 97 700 x 0,03 = 2931€ .

III/ LLC : les charges de sécurité sociale

La rémunération du directeur de la SARL est soumise à de nombreuses positions sociales en fonction du nombre d’actions du directeur de la société.

A) Administrateur majoritaire : travailleur indépendant

Le gérant majoritaire est la direction de SARL avec plus de 50 % des actions de SARL. Dans ce cas, vous devrez cotiser conformément aux règles du régime indépendant, également connu sous le nom de statut TNS (autonome).

À savoir : Depuis 2019, le travailleur indépendant, anciennement connu sous le nom de régime d’assurance sociale des travailleurs indépendants (ISR) puis de sécurité sociale des indépendants (SSI), est rattaché à l’organisme qui administre le système général de sécurité sociale . Toutefois, si l’organisation change, il convient de noter que les règles de devis ne changent pas.

La liste des cotisations de sécurité sociale est donc la suivante  :

  • CSG et CRDS,
  • Assurance maladie et maternité
  • Les prestations familiales,
  • La retraite de base,
  • Retraite complémentaire,
  • Les prestations quotidiennes,
  • Assurance invalidité et décès
  • Enfin, la formation professionnelle.

En bref, le total des cotisations sociales correspondra à environ 40 % du paiement de la rémunération au gestionnaire.

B) Le gestionnaire minoritaire, égalitaire et non associé : schéma des employés assimilés

Les gestionnaires assujettis au plan général de sécurité sociale sont les gestionnaires :

  • détenir 50 % des actions de la SARL,
  • Moins de 50 % des actions,
  • Aucune participation sociale (donc non associée).

Enfin, ils seront soumis aux mêmes cotisations de sécurité sociale que les cotisations sociales du gestionnaire SAS. Le montant des cotisations sociales représente environ 80 % du versement de la rémunération au gestionnaire.

Exemple : Si le gestionnaire reçoit 10 000€, l’entreprise devra payer 18 000€. Par conséquent, il y aura 8 000 euros de cotisations de sécurité sociale.

Toutefois, si les cotisations de sécurité sociale sont beaucoup plus élevées que celles du gestionnaire majoritaire, n’oubliez pas que la protection social sera à la fois plus protecteur et pour le gérant majoritaire de la SARL.

C) ACRE : exonération des cotisations sociales au cours de la première année.

Un bon moyen d’optimiser les dépenses du responsable de l’EURL ou du responsable de la SARL bénéficiera d’ACRE. En fait, depuis janvier 2019, tous les créateurs d’entreprises bénéficient en principe d’ACRE. ACRE signifie Aid to Business Creators and Contractors. En fait, il s’agit d’une exemption de certaines cotisations sociales au cours de la première année de création de votre entreprise uniquement.

Par conséquent, cette exemption est prévue en 2019 pour :

  • 100 % pour vos revenus inférieurs à 30 393€ ;
  • Dégressif pour vos revenus entre 30 393 et 40 524€ ;
  • Aucune exonération de revenus excédant 40 524€ .

Par conséquent, vous pourrez réduire les frais de votre LLC.

Veuillez noter que ces plafonds varient chaque année.

ARTICLES LIÉS