breaking news

Caisse des Dépôts et Consignations etre le moteur de l’investissement en Tunisie

janvier 3rd, 2020 | by admin
Caisse des Dépôts et Consignations etre le moteur de l’investissement en Tunisie
Economie
0

Après huit ans de travail et de progrès, voici venu le temps de la communication élargie grand public.

Certes, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a invité les représentants de la presse économique, d’information générale, écrite et audiovisuelle pour un point de presse, tenu dans son siège, le 6 novembre 2019, en présence de ses cadres. 

Lors de cette rencontre, Dr. Boutheina Ben Yaghlane, Directrice Générale de la CDC a porté une grande attention aux performances de l’institution, à sa stratégie et à ses propriétés étroitement liées au développement socio-économique inclusif du pays. 

« Pour la première fois après huit ans d’existence, la CDC invite ce grand nombre de journalistes. Les premières années étaient celles de la structuration et puis il a fallu se mettre à l’œuvre pour en faire le bilan. Aujourd’hui, nous sommes heureux de partager ce dernier avec vous » ; c’est ainsi que Dr Boutheina Ben Yaghlane s’est adressée aux journalistes au début de sa communication.

Bras financier de l’Etat pour sécuriser et fructifier plus de 7000 millions de dinars d’épargne nationale et de consignations chez le Trésor public et tout autre fonds mis à sa disposition, la CDC a été créée à la fin de l’année 2011. Elle est relativement jeune, en comparaison avec la Caisse française créée en 1816, la Caisse italienne née en 1850 ou la Caisse marocaine fondée en 1959. 

« Etre le moteur de l’investissement en Tunisie et non seulement un carburant financier: une affirmation qui résume le crédo de la CDC », a-t-elle ajouté.

En effet, le 13 septembre 2019, cette grande institution a soufflé sa 8ème bougie. Et c’était l’année de la confirmation de l’engagement de la Caisse dans deux champs d’intervention principalement, à savoir l’innovation et le développement

Epauler le processus 

d’innovation

Pour lutter contre le chômage, la Tunisie doit assurer une croissance plus forte et plus axée sur les domaines du futur. En étant consciente de cet impératif majeur, la CDC s’est intégrée dans le processus d’innovation en Tunisie en tant qu’instrument financier pour l’innovation et les Startups. 

Sachant que la question du financement est l’une des priorités majeures, identifiée par les débats dans ce domaine, elle a choisi d’être l’actionnaire privilégié de six technopoles parmi les dix implantées sur le territoire : Novation City, spécialisée en Mécatronique, à Sousse, BiotechPole  Sidi Thabet, recentrée sur les Biotechnologies, Technopole de Sfax, vouée aux Technologies de l’Information, de la Communication et de la Digitalisation, Technopole de Borj Cédria, spécialisée en Energies Renouvelables et Valorisation des Déchets, Politech de Gabés, orientée vers les Ecotechnologies et les Energies renouvelables et le Complexe Industriel et Technologique de Médenine. 

En réaction positive à la promulgation de la loi startup Act Tunisie, la CDC s’est engagée, résolument en 2018, dans la mise en œuvre d’un programme de développement des Startups. 

Ce programme baptisé ANAVA, (en avant en bon citoyen dont parlait Voltaire dans son Célèbre citation “Sois un héros si tu veux être plus soit un bon citoyen “), est une initiative louable affichée à l’échelle nationale. Il devrait engendrer  une dynamique de financement des Startups, avec la mobilisation de plusieurs leviers dont celui qui consiste à créer un Fonds de Fonds de 200 millions d’euros dédié à l’impulsion de l’innovation et des Startups. Le premier closing de 100 millions d’euros sera opérationnel avant la fin de 2019. 

Ainsi, la CDC aura le mérite d’avoir contribué d’une manière substantielle à faire émerger la Tunisie qui a toujours parié sur la matière grise et le développement humain, comme étant un Hub régional pour les Startups. Intégrant technologie et intelligence créative, celles-ci ont l’avantage d’être créatrices d’emplois et d’une forte valeur ajoutée tordant le cou à la morosité. 

Un levier de développement régional

Les statistiques montraient que la Tunisie, durant les années 90 et 2000 avait véritablement connu une croissance économique plus rapide que celle des pays occidentaux. Et pourtant la croissance du revenu par habitant n’avait pas éliminé la pauvreté ni la situation de sous-emploi et s’était accompagnée de disparités entre les régions de plus en plus criantes. Les politiques de développement socio-économiques doivent donc prévoir la croissance dans l’équité régionale en tant qu’une composante essentielle de la dialectique du développement économique. C’est dans cette logique que la CDC a lancé en 2012, le Fonds de Développement Régional, FDR, doté d’une enveloppe de 50 millions de dinars, pour le financement des entreprises désireuses de s’implanter dans les zones de développement régional. L’objectif est de traduire cet effort de déploiement financier par de remarquables progrès en matière de création d’emplois durables et de richesses.

A la clôture de ce Fonds, fin 2018, le bilan était satisfaisant : le FDR a pu financer 25 projets dans divers secteurs, pour un total de 38 millions de dinars en décaissement (41% en capital création et 59% en capital développement). Il convient de noter que 83% de ces décaissements ont été effectués dans les zones de développement régional ; sachant que les investissements financés se sont élevés à 300 millions de dinars. 

Un élan progressif

La doctrine d’investissement de ce grand investisseur public de long terme qu’est la CDC n’est plus un secret : elle se traduit par tout ce qu’elle a engendré comme dynamique économique au sens large ; mais aussi par sa stratégie 2018-2020.

Celle-ci s’articule autour de quatre principaux axes :

– le soutien des grands projets susceptibles d’avoir un impact favorable sur les régions principalement ;

– l’appui aux grandes mutations comme les transitions numérique et énergétique qui constituent dans ce monde qui change à une vitesse foudroyante, une partie importante de la vision du futur. 

– La promotion des projets de Partenariat Public-Privé.

– La contribution à la dynamisation du marché boursier. 

C’est la preuve que la Caisse jouit d’un système d’investissement ascendant d’une année à l’autre. Cet élan progressif ne doit rien au hasard. Il s’explique par son identité avec un leadership et une culture d’entreprise forts, une confiance dans ses propres forces stratégiques et aptitudes fonctionnelles sans pour autant oublier son système de gouvernance bien structuré à travers la Commission de Surveillance et le système de gestion prudentiel, son organisation soutenue par un système d’information intégré et des procédures de management bien établies.

Avant toute cette panoplie d’outils de la performance globale, le principal levier qui a permis à la CDC d’accomplir avec brio sa mission était et reste toujours selon Dr. Boutheina Ben Yaghlane, son capital humain formé de compétences spécialisées de haut niveau. 

« La CDC est une équipe efficace formée par des hommes et des femmes de haut niveau. Nous avons voulu qu’ils soient présents aujourd’hui parce que lorsqu’on dit CDC, on dit une équipe », souligne la Directrice Générale de la Caisse. 

Une vraie montée 

en performances

La CDC a investi depuis sa création jusqu’à ce jour, plus de 400 millions de dinars dans de grands projets initiés dans un cadre public ou privé (18 projets dont 6 pôles technologiques).

Elle a également souscrit dans 14 FCPR. Ce qui a permis de financer plus de 100 PME et de créer ou maintenir environ 10 mille postes d’emploi dans 19 gouvernorats.

La Caisse a participé aussi dans 9 Fonds communs de Placement en Action et 11 sociétés cotées en Bourse.

D’un volume atteignant les 7427 millions de dinars, elle dispose de 282,6 millions de dinars en tant que fonds propres. D’où son aptitude réaffirmée à s’engager dans des projets à financer et à prendre des risques en tant qu’investisseur de long terme. 

Elle a dégagé en 2018 des bénéfices qui ont atteint les 45,9 millions de dinars.

Pour le 1er semestre 2019, le volume global qui lui est confié est de 7771 millions de dinars soit une croissance de 10,4%. Ses fonds propres ont également évolué puisqu’ils ont atteint 317,9 millions de dinars à la fin du mois de juin 2019 et le résultat net a atteint 35,3 millions de dinars pour ce premier semestre soit une croissance de 70% en comparaison avec celui de la même période de l’année dernière (20,7 millions de dinars). 

Un engagement fort 

pour la RSE

Dans le cadre de son appui à la Responsabilité Sociale et Environnementale, RSE, la CDC a pris l’initiative de s’engager sur cette voie qui est en vogue à l’échelle mondiale, en mettant en place une charte RSE adoptée aussi bien par l’ensemble des collaborateurs que par ses partenaires.

Elle est la première institution publique en Tunisie à être labellisée RSE grâce à la certification du Bureau Veritas Certifications et CONECT Tunisie.

 En s’alignant avec sa doctrine d’investissement et son modèle de croissance, la CDC a défini quatre piliers stratégiques de la démarche RSE. Il s’agit de promouvoir l’investissement responsable, d’agir de manière à maîtriser son impact environnemental, de contribuer au progrès social et d’agir dans le respect des règles de bonne gouvernance. L’ambition étant que chacun soit à la fois acteur et ambassadeur de l’engagement RSE ».

Laisser un commentaire