breaking news

Agence des Ports et des Installations de Pêche Mise en œuvre d’une stratégie pour renforcer la performance globale de l’Agence

juillet 18th, 2019 | by admin
Agence des Ports et des Installations de Pêche Mise en œuvre d’une stratégie pour  renforcer la performance globale de l’Agence
Economie
0

La création de l’APIP en 1992, par la loi N°92-32 du 7 avril 1992, dans le sillage de la restructuration du secteur de la Pêche, ne devait rien au hasard: elle se situait dans la logique d’une économie axée sur la compétitivité par le service.

Ces 27 ans de prestation de services aux acteurs de la pêche de toutes tailles, étaient, selon M. Faouzi BEN HAMIDA, Président Directeur Général de l’Agence, l’un des principaux déterminants de la performance du secteur: 

«Nos côtes, dépassant les 1300 km, offrent un espace maritime respectable et très riche pour une flotte de pêche de plus de 1200 bateaux. La moyenne annuelle de la production débarquée est de 120 mille tonnes dont près de 20.000 tonnes sont exportées essentiellement vers les pays de l’Union Européenne. Ce don du ciel permet à plus de 50 mille marins pêcheurs de s’adonner à diverses activités allant de la pêche artisanale à la pêche hauturière en passant par la pêche côtière. Ce potentiel humain et matériel a besoin, en plus des lieux de relâche, de toutes les facilités nécessaires pour assurer la sécurité du personnel, et mettre en valeur cette richesse, à savoir les conditions et les moyens adéquats pour l’accostage, le ravitaillement, l’entretien et le carénage des bateaux de pêche; ainsi que le débarquement des produits de la pêche vers les marchés de gros de poisson, dans les meilleures conditions de salubrité et d’hygiène.

Pour garantir cette panoplie de prestations et dans une vision anticipative, une chaîne de quarante Ports de pêche ont été construits et équipés tout au long du Littoral à raison d’un Port tous les trente kilomètres. Deux nouveaux Ports sont, aujourd’hui, en cours de construction».

Selon des critères de classification bien établis, le paysage portuaire de pêche en Tunisie est composé de trois catégories, d’importance décroissante: 

12 Ports hauturiers: Dotés d’un tirant d’eau allant jusqu’à 4,5m, ces Ports servent à abriter et à accueillir les grands bateaux ainsi que ceux de moyenne ou faible tonnage et leur fournir tous les services dont leurs équipages ont besoin.

20 Ports côtiers: Ayant un tirant d’eau ne dépassant pas les 3m, ces Ports ont des capacités d’accueil adaptées aux petites et moyennes embarcations de pêche et leur assurent les principaux services.

8 sites-abris qui sont réservés, essentiellement, aux petites barques avec un minimum de services rendus.

«Notre Agence est investie d’une mission principale qui consiste à assurer, selon les règles de l’art, l’exploitation, le fonctionnement, l’entretien et le développement des Ports de pêche y compris les rades, leurs dépendances ainsi que les installations qui y sont rattachées. Elle a mis à profit ses compétences et leurs expériences pour développer une offre complète de services aux embarcations de pêche, tout en gérant le domaine public portuaire et exerçant la mission policière de cet espace. Elle participe également à la réalisation des Etudes de construction ou d’extension des Ports de pêche», précise le Président Directeur Général de l’Agence.

Une dynamique de service spécifique

Opérant sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, l’APIP qui plaçait les professionnels de la pêche et les marins pêcheurs ainsi que les projets d’aquaculture et les domaines connexes au centre de ses préoccupations, a su développer une dynamique de service qui se fonde sur les principes de commodités et de création de valeur. 

Ses prestations se manifestent sur une multitude de champs. On en cite:  

1- Le séjour des bateaux dans les bassins des Ports de pêche. A cet effet, des quais sont désignés pour: 

• L’accostage des bateaux selon leurs tonnages et leurs spécificités; 

• Le débarquement des produits de la pêche; 

• Le ravitaillement en carburant, en permanence, à travers une Convention établie avec la SNDP qui a installé plus de 50 stations dans les différents Ports de pêche; 

• L’entretien et le carénage.

2- La mise en disposition de 42 marchés de gros pour les produits de la pêche; 

3- La mise en disposition des aires de ramandage; 

4- Le dragage et le curage des chenaux et des bassins portuaires pour garantir les accès aux Ports et les laisser ouverts à la navigation;

5- Le hissage, la descente et le séjour sur l’aire de carénage des navires de pêche par les moyens techniques de l’Agence pour les opérations de carénage et d’entretien; 

6- La fourniture de la glace pour la bonne conservation des produits de la pêche soit directement par l’Agence soit à travers des concessionnaires exploitant les complexes frigorifiques mis à leur disposition; 

7- La fourniture de l’eau potable et de l’électricité en permanence aux utilisateurs. 

Ces prestations couvrent également : 

1- La location des surfaces découvertes et des bâtiments couverts pour l’exercice des différentes activités liées à la pêche, comme le stockage de matériels de pêche, l’aménagement des aires de carénage et des chantiers navals; 

2- L’installation d’unités frigorifiques, de fabriques de glace et des unités de conservation, de congélation et de conditionnement des produits de la mer, des bases de servitude des projets aquacoles, des espaces administratifs publics…

Il convient de noter que la panoplie de prestations de service (séjour des bateaux dans les eaux des Ports de pêche, le débarquement des produits de la pêche et l’utilisation du domaine et l’outillage public des Ports de pêche) génère des redevances au profit de l’Agence dont les tarifs ont été fixés par l’arrêté du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche et du ministre des Finances, daté du 23 avril 2018.

Se doter des moyens de ses ambitions

Au sein de l’APIP, compétences riment avec équipements portuaires. Ces derniers répondent à trois centres d’intérêt: 

Le dragage: l’Agence dispose de trois unités de dragage: une drague semi-hydraulique et deux unités mécaniques composées de pelles excavatrices sur pontons.

Le hissage: Elle s’est dotée d’un arsenal d’équipements de hissage composé de 13 portiques dont la capacité de levage varie entre 110 et 250 tonnes, 15 grues fixes dont la capacité de levage s’étend de 8 à 15 tonnes et des potences de deux tonnes pour la manutention des moteurs et des petites barques.

Et pour répondre à des besoins qui se sont fait ressentir, l’Agence sera très prochainement dotée d’un portique de 150 tonnes et d’une grue fixe de 30 tonnes.

Le balisage: l’Agence a mis en place un dispositif de balisage aux entrées des Ports de pêche et le long des chenaux pour assurer la sécurité des bateaux et leur faciliter l’entrée et la sortie aux Ports.

Une stratégie de développement futur

«Renforcer la performance globale de l’Agence dans la production de services est un leitmotiv suffisamment puissant pour s’engager dans une Stratégie de Restructuration. Celle-ci fait ressortir l’une de nos principales caractéristiques: ouvrir de nouvelles perspectives à notre déterminisme serviciel», explique M. Faouzi BEN HAMIDA, animé d’une perception de l’époque: le patron doit être un catalyseur et un fédérateur d’énergies.

Cette stratégie s’articule autour des principaux axes suivants: 

• la gestion rationnelle et durable des Ports de pêche; 

• la durabilité et la maintenance de l’infrastructure portuaire et des différents réseaux (eaux, électricité, assainissement, voiries…);

• le renouvellement et la maintenance des équipements portuaires (matériels de hissage et de dragage).

• l’amélioration des services portuaires rendus; 

• l’amélioration de la gestion des marchés de gros des produits de la pêche; 

• l’application des règles de propreté, d’hygiène et de sécurité des Ports de pêche; 

• la consécration de la conformité aux normes établies par l’Union Européenne dans le cadre du Programme de Mise à Niveau des Ports de pêche; 

• l’encouragement de l’investissement dans le secteur de la pêche et les activités connexes (Aquaculture, Plaisance, Ecotourisme…)

• le désengagement progressif des activités à caractère concurrentiel au profit des opérateurs privés; 

• et la définition des mesures nécessaires pour la mise en place des structures organisationnelles performantes tant au niveau central que régional.

La Coopération internationale: des accords à effet de levier 

La mise en œuvre de la stratégie de développement au sein de l’APIP passe par deux canaux: l’entremise de l’Etat d’une part et des accords de coopération internationale, d’autre part. 

De grands Projets ont déjà été réalisés dans le cadre de: 

La coopération tuniso-italienne: 

Durant la dernière décennie, l’APIP a réalisé des Projets de Coopération technique avec différentes parties. On en cite le plus important: un Projet mis en œuvre en 2007 dans le cadre de la coopération tuniso-italienne, visant à améliorer les prestations rendues par l’Agence, à préserver l’état des Equipements frigorifiques existants aux Ports et à en acquérir de nouveaux.

L’Agence a, également, participé au projet de construction d’un nouvel appontement à Jdaria de la Municipalité de Zarzis.

Mené par le CIHEAM-BARI, dans le cadre du Projet de «Développement des zones côtières et promotion de la pêche artisanale NEMO2», en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, ce Projet a été inauguré le 6 avril 2018.

Coopération entre l’Agence et la FAO :

Mettant en avant les dimensions écologique, économique et sociale de ses interventions, l’APIP figurait parmi les principaux partenaires du Projet baptisé «Port Bleu de Zarzis», un modèle pour promouvoir une pêche responsable et un Port propre; un Projet mené en synergie par le ministère de tutelle, l’APIP, la FAO et la Société civile.

Lancé dans le cadre de l’initiative mondiale du «Développement bleu», par la FAO depuis 2015, ce Projet aborde le concept de gestion durable des pêcheries naturelles et l’aquaculture et repose sur trois axes principaux de Développement économique, social et environnemental. Il vise le Développement durable des Ports de pêche dans un contexte multidisciplinaire et interdisciplinaire, incluant les systèmes environnementaux et communautaires, les services et la production.

Situé dans une plage temporelle du mois de Mai 2017 au mois d’Avril 2018, ce Projet s’est articulé autour des actions suivantes: 

• Préparation d’une carte interactive du Port, affichée sur des bornes interactives; 

• Financement de projets collectifs pour des opérateurs portuaires et réhabilitation des équipements

• Affichage de huit supports de sensibilisation sous une forme caricaturale, au sein du Port.

• Fourniture de 30 conteneurs métalliques pour le ramassage des déchets, de caisses isothermes pour la manutention des produits de la pêche et d’un tricycle isotherme pour leur transport.

Quatre grands Projets en cours de réalisation

Savoir susciter une altitude de progrès permanent au service de sa clientèle professionnelle: c’est là tout l’enjeu actuel d’une activité dont la viabilité est conditionnée par la capacité de l’Institution à mettre cette population au cœur de ses préoccupations. 

C’est dans cette logique que l’on peut comprendre la portée des différents Projets en cours de réalisation au sein d’une Agence en chantier: 

1- Acquisition de nouveaux Equipements: 

Los de la 9ème session du Comité de Coordination du «Programme d’Aide à la Balance des paiements et de Développement», tenue le 19 mars 2018, un don de 8,5 millions d’euros a été accordé à l’APIP, dans le cadre du renouvellement des Equipements portuaires et de préservation de l’environnement. Un appel d’offre international a, donc, été lancé pour l’acquisition du matériel suivant: 

A- Portique et engins de levage: 2 portiques de 250 tonnes, 3 portiques de 300 tonnes et 5 chariots élévateurs télescopiques de 4 tonnes.

B- Matériel de dragage: 2 pelles excavatrices amphibies et une drague suceuse dévaseuse.

C- Matériel de transport: un camion benne basculante de 20m3, 2 moyens de servitude pour quatre personnes; 5 véhicules pour mouvement d’embarcation et transport de chariot, et un camion poids lourds à benne porte char.

D- Matériel de sauvegarde de l’environnement: 6 embarcations de collecte de déchets avec 6 chariots et aspirateurs séparateurs d’eau et 6 véhicules de brossage et nettoyage de la chaussée.

2- Dessalement de l’eau de mer: les compétences de l’Agence sont actuellement en train de finaliser le Projet d’installation d’une Station de Dessalement de l’eau de mer pour l’alimentation du Port de pêche de Ketf, au gouvernorat de Médenine, en eau potable, dans le but de garantir le ravitaillement des pêcheurs qui souffrent de la pénurie de cette ressource rare surtout pendant la saison de l’été. Il s’agit d’un don de la République de la Hongrie. Son Excellence, l’Ambassadeur de ce pays ami de la Tunisie, a effectué, le 17 avril dernier, une visite de travail à ce Port.

3- Energie renouvelable: L’APIP  œuvre, également, à détecter les perspectives de l’utilisation des Energies renouvelables, solaire et éolienne, dans les Ports de pêche tunisiens.

Le premier Projet a vu le jour au Port de Houmet Essouk (île de Djerba) où l’éclairage public est assuré aujourd’hui par le photovoltaïque.

Le second Projet consiste à changer, l’année en cours, l’installation du circuit de l’éclairage public du Port de pêche de Zarzis en utilisant les panneaux photovoltaïques par les moyens propres de l’Agence.  

4-Projet avec l’AFD : dans le cadre d’un projet financé par l’AFD et L’UE intitulé «Appui à la gestion durable des ressources halieutique et aquacole», L’APIP entreprend des actions de Mise à Niveau du marché de gros de poissons et réalise l’aménagement d’une halle de marrée de Poisson Bleu au port de pêche de kélibia ainsi qu’une Etude portant sur l’amélioration de la Gouvernance portuaire à l’échelle nationale et accompagne un courant de réflexion sur les conditions de soutenabilité des services portuaires.

5- Restructuration du dispositif administratif 

Par ailleurs, l’APIP, dans une logique de redéploiement stratégique, travaille sur la Restructuration de son dispositif administratif à travers la révision de l’organigramme actuel et l’instauration du Système de Gestion du Budget par Objectif, GBO, et l’élaboration d’un manuel de procédures et d’un progiciel de Gestion intégré, ERP.

Une Expertise à l’export

«Après vingt sept ans d’expériences, l’APIP se considère non seulement comme un portefeuille d’activités; mais aussi et surtout, comme un portefeuille de ressources et de compétences; souligne le Président Directeur Général de l’Agence.

Celle-ci aura le mérite de valoriser sa longueur d’avance par rapport à tous les pays africains et de mettre à leur disposition le savoir-faire et l’expertise qu’elle a capitalisés.

«Le développement de la Coopération en matière de gestion portuaire passe obligatoirement par le renforcement du partenariat et la mise en place de projets; mais aussi par l’échange d’expériences bilatérales, sachant que notre Agence est l’organisme pionnier et la seule référence dans le domaine de la gestion des Ports de pêche en Tunisie.

Elle dispose d’un capital humain qualifié et compétent et d’un savoir-faire dans tous les domaines de ses compétences», ajoute le Patron de l’Agence.

En effet, cette dernière est une plateforme de travail collaboratif entre de nombreux cadres spécialisés dans différentes disciplines en liaison avec son métier de base: la création et l’exploitation des Ports de pêche. Ces compétences ont la capacité de transmettre leur expertise et leurs expériences vers les pays africains dans le cadre d’Accords de partenariats dans de nombreux domaines comme: 

• La législation du domaine de gestion des Ports; 

• La gestion organisationnelle et administrative des Ports de pêche; 

• La gestion technique et environnementale de ce type d’infrastructures de base; 

• La gestion du Domaine public portuaire; 

• La gestion des marchés de gros des poissons; 

• Les normes de la Mise à Niveau des Ports de pêche et des marchés de gros; 

• Le système de contrôle et le constat du débarquement des produits de la pêche et l’inspection du déroulement de l’opération de vente au marché de gros et la traçabilité; 

• Les normes de sécurité, d’hygiène et de propreté dans les Ports de pêche; 

• La maintenance de l’infrastructure portuaire; et celle des équipements y afférents.

L’Agence des Ports et des Installations de Pêche gère aujourd’hui une quarantaine de Ports marqués par le souci économique, social et environnemental qui préside à leur construction; une chaine portuaire couvrant tout le littoral dont près de 220 hectares de bassins et de terre-pleins étendus sur 180 hectares.

La région côtière étant déterminée, le Port est évidemment implanté là où les conditions naturelles offrent le plus de facilités pour sa construction, d’abord; et pour son fonctionnement, ensuite. 

Bon fonctionnement, entretien et développement de ces Ports sont à la charge de cette Agence qui ambitionne de devenir un instrument d’animation économique étendue, en offrant des espaces maritimes et terrestres considérables pour l’implantation de différents types de projets innovants et de niches à échafauder: fermes d’aquaculture, unités de conditionnement des produits de la pêche, unités de confection des filets et matériels de pêche, chantiers de construction navale. Des pistes nouvelles sont à explorer de sorte que le Port de pêche devienne une fourmilière d’acteurs économiques de toute taille et d’horizons diversifiés. Il convient de noter que de nombreux chantiers de construction navale de haute qualification sont implantés dans les Ports de pêche et s’avèrent capables d’accueillir les bateaux et les navires des pays d’Afrique pour la maintenance, la réparation et le carénage.

Sans pour autant oublier que la Tunisie qui jouit d’avantages concurrentiels majeurs, représente une destination idéale pour les investisseurs dans le domaine de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie bleue. 

Laisser un commentaire