breaking news

Société Tunisienne d’Acconage et de Manutention

mars 15th, 2019 | by admin
Société Tunisienne d’Acconage et de Manutention
Economie
0

Dans tous les ports de commerce, celui de Radès ne fait pas l’exception, la rapidité et la sécurité des Opérations portuaires et plus particulièrement les manutentions, ont un double avantage : rendement plus élevé du navire qui accroît ses « rotations », et rendement plus élevé de chaque « poste à quai ». Or l’emploi de gros outillages spécialisés de manutention n’est possible que si l’opérateur de la manutention qu’il soit public ou privé dispose d’une vision et d’une stratégie de développement cohérente. C’est le cas de la Société Tunisienne d’Acconage et de Manutention qui se charge de ce type d’opérations au Port de Radès, entre autres. Elle parvient à une auto-image positive dont la première étape consiste à reconnaître ses points forts et à remédier à ses points faibles. C’est dans ce contexte conceptuel que se situe son Projet inscrit dans le cadre du Programme de Développement des Exportations PDE III, dans sa sous-composante « Amélioration de la Logistique pour le Commerce». Ce Projet qui consiste à la mise en place d’un Système de Gestion intégré appelé « Terminal Operating Systems, TOS », est dans sa phase finale. Il sera opérationnel dans les mois à venir.

Il est communément admis que la politique des Transports en Tunisie devrait servir à asseoir la supériorité concurrentielle de l’économie du pays, à renforcer sa compétitivité et à conserver des emplois et du savoir-faire spécifique dans le domaine. 

« Cela passe, inévitablement, par l’innovation, la modernisation des systèmes de gestion des flux parce que la compétitivité des ports découle surtout de la stratégie globale de services, estime M. Farhat ZOUAGHI, Président Directeur Général de la STAM.

« La compétitivité d’une place portuaire est déterminée par l’offre stratégique globale de services qu’elle est en mesure de proposer aux chargeurs et aux compagnies de transport. C’est d’ailleurs pourquoi nous raisonnons à la STAM en termes de compétitivité, et, par conséquent, de rendement et de productivité des opérations de manutention dont nous sommes responsables, au Port de Radès », ajoute-t-il.

Au sein de la STAM, on est porté par une conviction dont découle une stratégie gagnante : L’infrastructure portuaire est capitale pour l’économie du pays et nécessite une modernisation réelle.

En effet, le transport de marchandises par voie maritime représente près de 98% des échanges extérieurs de la Tunisie. Et sur les sept ports de commerce dont dispose la Tunisie, le Port de Radès constitue la principale plateforme d’exportation et d’importation du pays. 

Le trafic des conteneurs au Port de Radès est passé de 306.245 EVP en 2015, à 310.116 en 2016, à 288.158 en 2017 et 281.149 EVP en 2018.

Ces chiffres constituent un indicateur de performances si l’on tient compte du fait que le port de Radès n’avait pas pour vocation d’être un Terminal à conteneurs. Il était et demeure encore mieux adapté au trafic roulier.

En effet, le trafic des remorques ne cesse d’évoluer en passant de 107.081 en 2015, à 105.682 en 2016, à 108.424 en 2017 et à 111.361 remorques en 2018, soit une évolution de 3%.

Le rendement moyen par heure et par équipe est de 7 conteneurs et 22 remorques en 2017 et de 8 conteneurs et 23 remorques en 2018. L’objectif serait d’atteindre le seuil de 15 conteneurs par heure.

Une situation contrastée

Rappelons que le Port de Radès a été ouvert en 1986 pour répondre aux changements de trafic du fret en provenance du port de Tunis-La Goulette. Son développement a été assez limité ; Cependant, il occupe une place importante dans la chaîne de transport tunisienne. 

Il assure 28% du trafic global, 88% du tonnage des marchandises conteneurisées, 76% du tonnage des marchandises chargées dans des unités roulantes, 91% du trafic de conteneurs en EVP, 79% du trafic des unités roulantes et 24% du trafic de navires enregistré dans l’ensemble des ports de commerce tunisiens.

« A l’origine, le port de Radès a été conçu pour la manutention horizontale, le roulage. Avec un tirant d’eau variant de 8 à 9,5m, il ne peut pas accueillir de gros porte-conteneurs et, par conséquent, cet inconvénient provoque des fragmentations de flux de marchandises empêchant de réaliser des économies d’échelle ; indique le Dirigeant de la STAM. Ainsi, les armateurs sont obligés d’augmenter leurs tarifs lorsqu’il s’agit d’un fret en provenance ou à destination du port de Radès. Ce port souffre également d’un problème de congestion et d’encombrement des terre-pleins qui sont liés au stockage des marchandises ; un fait en contradiction avec sa nature en tant que port de transit.

Cette congestion empêche un fonctionnement normal et entraîne des retards dans les opérations de manutention. En effet, les prix de stockage pratiqués par le port ne sont pas assez dissuasifs pour que les importateurs évacuent au plus vite leurs marchandises.

Un programme ambitieux de modernisation et de mise à niveau

Créée en 1961, la STAM, une entreprise anonyme publique, domine les services de manutention et d’acconage en Tunisie. Elle opère dans tous les ports de commerce de Tunisie, assurant la manipulation de 69% du tonnage global de marchandises et 95% du trafic de conteneurs, transitant par les ports tunisiens. Elle est le seul concessionnaire et gestionnaire du Terminal à conteneurs au port de Radès et assure la totalité de l’activité d’acconage et de manutention au port de la Goulette.

« On nous reproche d’avoir une productivité et un niveau de services relativement faibles au regard des performances des grands ports européens comme Dunkerque, Rotterdam, Anvers ou le Havre. A mon avis, ces comparaisons n’ont aucun fondement compte tenu de l’étroite interdépendance entre les performances de tel ou tel port et ses conditions et aspects spécifiques qui sont les déterminants objectifs de ses résultats techniques et financiers», souligne M.Farhat ZOUAGHI.

La qualité d’un port, ses avantages et ses inconvénients concernent l’armateur et le manutentionnaire. Ce qui les intéresse ce sont les facilités ou les difficultés qu’ils rencontrent, lors des opérations d’embarquement et de débarquement ; les aides et la sécurité qu’ils y trouvent par tous les temps.

 L’inadaptation des terre-pleins du Port de Radès aux opérations de manutention de conteneurs, l’existence d’hangars encombrants, provoquant l’utilisation sous-optimale des aires d’empilage et la longue durée de l’entreposage de conteneurs empêchent les deux terminaux à conteneurs au Port de Radès de fonctionner plus efficacement. 

Pour un fonctionnement optimal, plusieurs conditions doivent être remplies selon la Direction de la STAM : des investissements en équipements, des procédés d’empilage et de manutention améliorés et une durée d’entreposage écourtée au moyen d’une meilleure gestion portuaire, des procédures douanières simplifiées, une utilisation accrue des technologies d’échanges électroniques de données, EED, des systèmes révisés de frais de stockage et des procédures de paiement simplifiées. 

 D’où l’idée de mettre en œuvre un Programme de Restructuration et de Mise à niveau de la STAM. Qu’est-ce qui rend celle-ci plus performante ? « Premièrement, les Hommes ; deuxièment, les Hommes ; troisièment, les Hommes ; affirme-t-on à la Direction Générale de la Société.

Pour celle-ci, l’imagination, l’initiative et la capacité de se remettre en cause sont de véritables facteurs de compétitivité. D’ailleurs, ce Programme repose sur des hommes qui comprennent, partagent et enrichissent son « Projet d’entreprise ».

« Cela passe d’abord par des outils d’évaluation adaptés. Les indicateurs financiers ne font plus l’affaire. Il faut leur substituer une approche globale. L’objectif étant de permettre, à tout moment, aux collaborateurs de se situer par rapport à la stratégie d’ensemble de l’entreprise, précise le Président Directeur Général de la Société. Ayant pour objectif principal de remédier aux insuffisances de cette dernière, et d’améliorer ses performances globales, le Programme de Restructuration et de Mise à Niveau a le mérite de faire la combinaison « performance-service» qui permet de voir dans quelle mesure les services rendus par la société contribuent à créer de la valeur pour ses clients.

A court terme, ce Programme se concentre sur les quatre axes suivants: 

‮❊‬  Le Développement d’un Code de bonne gouvernance efficace et efficient : 

Cette bonne gouvernance devrait être la conséquence logique de l’actualisation du manuel de procédures, réalisé déjà à 80%, et celle du statut du personnel pour étendre le travail effectif sur 24h/24 et 7j/7, la promulgation d’une Loi cadre, le renforcement des procédures et des structures d’Audit interne et l’extension du Système de Management de la Qualité ISO 9001-2015 vers le reste des Agences de la société.

On prévoit également la mise à la retraite anticipée d’environ 300 employés ; sachant que ce Manutentionnaire public souffre d’un sureffectif qui s’est creusé depuis la Révolution alors que la tendance internationale est à l’automatisation des Terminaux et à la réduction des effectifs.

‮❊‬  Développement du Système d’Information qui joue un rôle crucial dans le travail de répartition des évaluations globales. Lorsqu’un signal inattendu apparait sur l’indicateur, les dirigeants peuvent demander à leur système d’information intégré d’identifier la source du problème ou de la défaillance. Ceci est d’autant plus impressionnant que l’information devient un outil de prise de décision au moment opportun.

‮❊‬  Développement du Système de Maintenance :

Il convient de signaler que le faible rendement de la STAM est également dû à des pannes récurrentes de l’équipement de manutention qui est le fruit de gros investissements. 

En effet, la STAM dispose d’une flotte importante d’équipements d’embarquement et de débarquement de marchandises : Au Port de Radès, on compte 6 Rubber Tired Gantry Crane (RTG Crane), 8 grues portuaires mobiles, 16 cavaliers gerbeurs, 10 Reach stackers, 6 élévateurs pour conteneurs vides, 2 chariots élévateurs de 45 tonnes, 3 chariots élévateurs de 15 tonnes, 4 chariots élévateurs de 3 à 10 tonnes, 30 Roro trucks, 30 Roll trailers, 3 trax, et 4 bennes.

Tant sur le plan quantitatif que qualitatif, ces équipements sont suffisants pour que la Société assure convenablement sa mission. Cependant, sur le plan opérationnel et en l’absence d’une Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur, GMAO, la défectuosité devient récurrente.

D’où l’orientation vers le développement d’un Système de Maintenance performant, dans le but d’atteindre un seuil satisfaisant de disponibilité du matériel.

Pour y parvenir, des mesures ont été prises en vue de réorganiser les services de Maintenance du matériel, d’établir des Accords de Maintenance avec les constructeurs, de généraliser l’exploitation optimale de la GMAO, et de lancer des actions de formation du personnel chargé de la Maintenance en collaboration étroite avec les constructeurs.

Des pièces de rechange ont été déjà commandées pour atteindre un taux de disponibilité de 80% dans les semaines qui viennent.

‮❊‬  Le changement pragmatique du mode d’exploitation au Port de Radès ; ce changement consiste à étendre le stockage des conteneurs par RTG sur la majeure partie du Terminal, à mettre en place le Système TOS (Terminal Operating Systems), et le Système Smart Gate, tous deux en phase d’essai.

A moyen terme, le Projet de Restructuration et de Mise à Niveau de la STAM prévoit la réalisation d’un Projet d’extension des quais 8 et 9. Pour cela, la Société est à la recherche du financement adéquat ou d’un partenaire stratégique dans le cadre du Partenariat Public-Privé. Elle a déjà lancé un Appel d’offres international ayant pour objet le réalisation d’une Etude de montage institutionnel et financier pour l’exploitation des terre-pleins attenants aux quais 6,7, 8 et 9 au Port de Radès, sous forme de concession. A travers cette Etude, des scénarii seront dégagés tout en tenant compte des capacités financières de ce Manutentionnaire public.

La seconde composante du Projet à réaliser à moyen terme consiste à moderniser le Terminal céréalier en passant du mode de déchargement par les moyens du mode du bord et les grappins au mode de convoyeurs pneumatiques mobiles ou aspirateurs : pompes à grains avec une bande transporteuse vers les silos de stockage.

Ce nouveau mode aura la particularité de manutentionner des quantités énormes de céréales par ces appareils spéciaux de très fort débit grâce à un équipement spécialisé extrêmement puissant. Tout est conçu pour réduire au minimum la durée de déchargement et, par conséquent, le séjour des navires au Port. 

La recherche du rendement dans les opérations de manutention mécanisées conduisent à éviter les ruptures de charge et donc à transborder directement les céréales aux silos de stockage de façon continue.

L’heure de la métamorphose a sonné

C’est une évidence, la STAM se métamorphose, comme nous l’avons titré.

A travers le prisme de la modernisation, elle se projette au cœur du XXIème  siècle en se lançant dans un grand chantier : la mise en œuvre d’un Système d’Information et de Communication à la hauteur de ses ambitions, gagner en productivité et en rentabilité, pour une meilleure satisfaction d’une clientèle de plus en plus exigeante.

Inscrit dans le cadre du Programme de Développement des Exportations PDE III, et plus particulièrement dans sa composante relative à « l’Amélioration de la Logistique pour le Commerce», ce grand chantier consiste à mettre en place un système de gestion intégré au Port de Radès.

Loin d’être un phénomène de mode, ce système de gestion intégré est une plateforme qui utilise les Technologies de l’Information et de la Communication, (DGPS, Wifi…) pour identifier et localiser en temps réel les conteneurs et les remorques et assurer la traçabilité des flux, à l’entrée et à la sortie du Port.

« Le vrai challenge de ce grand Projet, c’est l’intégration et le déploiement des données informatisées en temps réel, ouvrant la voie à de nouvelles possibilités d’interactivité et de performance, souligne M. Farhat ZOUAGHI.

En effet, une meilleure gestion des opérations portuaires de manutention n’est possible qu’avec une vision claire des flux d’information et de l’échange de données informatisées. C’est d’ailleurs pourquoi ce grand chantier qui représente un investissement de 85 millions de dinars est constitué de six composantes : 

‮❊‬ SMART GATE : La Gestion électronique des flux à l’entrée comme à la sortie des conteneurs et unités roulantes au Port de Radès.

‮❊‬ RESTRUCTURATION de la Fonction MAINTENANCE: à commencer par le lancement d’une Etude qui sera focalisée sur la Restructuration de la Fonction Maintenance des engins de manutention tels que les grues, RTG, cavaliers gerbeurs utilisés au Port.

‮❊‬ ACQUISITION de la PLATEFORME  informatique de la solution TOS.

‮❊‬ FRIGORIFIQUE : Il s’agit de l’implémentation d’une Solution pour la Gestion des Conteneurs frigorifiques au Port de Radès.

‮❊‬ FORMATION : Considérant la Formation comme étant l’un des principaux leviers de la performance globale, la STAM a mis sur pied un Programme de perfectionnement des ingénieurs, techniciens et conducteurs d’engins. Ces actions de formation pratique ont été menées dans les Centres de Formation des constructeurs qui lui ont fourni du matériel de manutention comme Liebheer, Terex, Mafi, CVS et Cargotec.

Il convient de noter que ces actions de formation sont dispensées à l’ensemble du personnel de la Société, technique, administratif, et celui chargé de la finance et de l’Audit.

« Deux groupes d’employés spécialisés partiront en Allemagne pour se former sur la solution TOS ; 

‮❊‬ Une mission d’accompagnement et de suivi méthodique pour assurer au démarrage des solutions SMART GATE et TOS toutes les conditions de réussite.

La montée en gamme dans les chaines 

de valeur mondiales

La pertinence de ce dispositif de Gestion intégré et son adéquation aux attentes de la STAM et de ses clients ne sont pas à démontrer. Sa réalisation a déjà atteint un stade avancé. Il sera opérationnel vers le mois de mai prochain.

S’inscrivant en droite ligne dans la stratégie de développement de la Société et sa Mise à Niveau au Port de Radès par rapport au mode de gestion de la Manutention portuaire dans les pays développés, ce Système intégré vise à optimiser l’utilisation de l’espace d’entreposage des conteneurs et des unités roulantes, à disposer des données fiables et précises concernant la localisation des conteneurs dans le Port, à assister le conducteur lors de la sélection d’un conteneur ou d’une unité roulante et à suivre, en temps réel, tous les mouvements qui s’effectuent à l’intérieur du Port. Ce système ultra-moderne a également pour objectif d’optimiser l’exploitation des moyens de manutention par l’utilisation d’outils informatiques permettant la réduction des distances parcourues dans le Port; d’assurer le contrôle rigoureux des entrées et sorties enregistrées au Port et d’avoir une traçabilité en temps réel des conteneurs et des unités roulantes.  

« Optimisation », « Fluidité», « Performance globale» : les trois maîtres-mots animés d’une volonté inflexible, celle de la Direction Générale de la STAM.

Celle-ci affiche clairement sa montée en gamme dans les chaines de valeur mondiales dès lors qu’elle est en mesure d’optimiser les opérations de stockage, de manutention et d’entrées et sorties, d’accroître la fluidité des flux à l’entrée comme à la sortie des marchandises par les accès du Port de Radès, à l’import et à l’export, et d’améliorer d’une manière substantielle la performance des opérations de manutention et la productivité du Port de Radès. L’opération de manutention verticale (en mouvements par heure) devrait passer de 7 à 12 et la durée moyenne de séjour de marchandises de 17 j à 4 ou 5 j et la productivité du Port serait nettement améliorée de telle sorte qu’il n’y ait plus de bateaux en rade.

Mais n’oublions pas que le succès de ce Système de Gestion intégré permettra d’améliorer la montée en gamme des entreprises importatrices et exportatrices utilisatrices du Port de Radès comme Port d’embarquement ou de débarquement.

La STAM semble donc promise à un bel avenir.

A n’en pas douter, cette nouvelle donne montre qu’il existe encore un potentiel de croissance à exploiter et que le retour sur investissement est certain tant que la mutualisation des ressources et la rationalisation de la gestion d’exploitation sont des indicateurs de performance économique dont les bénéfices sont significatifs. 

Laisser un commentaire