breaking news

M. Rachid Zaier, Président Directeur Général de la SMLS

mars 19th, 2019 | by admin
M. Rachid Zaier,  Président Directeur Général de la SMLS
Transport/Logistique
0

Il est communément admis que le Métro Léger de Sfax est une Réponse rationnelle et efficace au défi rencontré par la Métropole sfaxienne qui doit réorganiser son système de transport public pour une meilleure mobilité urbaine et écologique.

Ce Projet, étant la propriété de la Ville, donc des citoyens, est loin d’être « parachuté». Il additionne un ensemble d’avis, propositions et suggestions émanant des composantes de la société civile pour «construire » le scénario le plus propice de la ligne T1.

« Le XXIème  siècle, j’en suis convaincu, sera le temps des villes ; car c’est le seul territoire qui puisse résoudre les trois défis aux quels nous sommes confrontés : la mondialisation, l’immigration et le développement durable ; disait Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l’Association des Maires de Grandes Villes de France, AMGVF.

Une telle affirmation nous fait comprendre que le “fait urbain“ est devenu central et que la mobilité, l’un de ses aspects principaux, doit être prise en compte.

La Société du Métro Léger de Sfax est porteuse de cette priorisation, depuis sa création en 2016 dans le but de construire et d’exploiter un Réseau TCSP dans le Grand Sfax. Un Réseau qui permettra une évolution importante de la part modale du Transport en commun,  qui est aujourd’hui trés réduite (6%) pour passer à 15% en 2022 et à 30% en 2042, en contrepartie d’une baisse significative des parts accaparées par les taxis et les voitures particulières, conformément aux exigences du développement durable et aux rêves individuels et collectifs de vie urbaine.

Configuration de 

la 1er tranche de la ligne de Tramway T1

L’Etude de Transport menée par SYSTRA et STUDI, dans le cadre de la réalisation des Etudes APS/ APD/ DAO de la 1ère tranche de la Ligne de Tramway T1 du Réseau TCSP du Grand Sfax, comprend quatre étapes : 

• Une reconnaissance dans le but d’évaluer le trafic sur le terrain, en prenant en considération les caractéristiques de l’environnement socio-économique de l’itinéraire de la ligne T1, les aspects des principaux pôles générateurs et récepteurs de déplacement ainsi que le repérage sur le réseau routier des principaux nœuds (carrefours) .

• Des investigations routières et de Transport en commun ont été menées en vue d’établir un diagnostic sur les conditions de déplacement dans l’agglomération.

• L’ajustement et le calage du modèle de trafic pour l’année 2018 ainsi que l’estimation des taux de croissance du trafic durant la période 2018-2042.

• Les simulations de trafic pour les horizons 2022, 2032 et 2042 en prenant en considération différentes hypothèses relatives à l’offre et à la demande de déplacement. 

Les échéances du Projet sont déjà fixées : 

– En 2022 : 

• Mise en service de la 1ère phase de la ligne de Tramway T1 ;

• Mise en service des cinq lignes de bus axes forts   préfigurant le réseau 2030 (B2- Route de Gremda ,B3 Est- Route de Sidi Mansour, B3 Ouest- Route de Gabés,  B4- Route de Menzel Chaker et B5 Route de Mahdia); et ce, pour consolider l’attractivité du Tronçon prévu pour 2022 et donner l’effet réseau pour cette ligne.

• Mise en service de 7 sur 11 échangeurs programmés sur la rocade km4 (GP14, route de Menzel Chaker, route de Gremda, route de Téniour, route d’El Aïn, route de Lafrane et route de Mahdia).

• Elargissement de la RN14 en 2×2 voies.

En 2024, on prévoit la réalisation de la ligne T2 et en 2026  il y aura l’extension de la ligne T1 à partir de ses deux extrémités : Nord pour desservir la Cité El Ons et Ouest pour desservir l’Aéroport.

En 2030, il y aura la réalisation des lignes BHNS selon un ordre à définir ultérieurement en fonction du développement de l’agglomération sfaxienne qui sera déterminé par la réalisation des grands projets urbains comme le nouveau CHU, la Cité sportive… 

– En 2042 : 

Il convient de signaler que l’évaluation de la demande future en montée/ descente à bord du Tramway de la Ligne T1 constitue une donnée fondamentale pour l’estimation des besoins opérationnels en matériel roulant, signalisation, longueur des quais etc.

Ces données-clés pour le dimensionnement des carrefours traversés par le Réseau TCSP et la réorganisation de la circulation au niveau de la zone d’influence du Projet sont pris en compte.

Des résultats couvrant les aspects de la 1ère tranche

Les résultats de l’Etude APS de la première tranche de la ligne de Tramway T1 qui ont fait l’objet d’une consultation publique se sont focalisés sur une ligne à plateforme double voie avec longueur commerciale de 13,5km (Route de Téniour : 6,1km, l’hyper-Centre : 1,6km, la route de Soukra : 3,8Km, la rue de Jordanie:1,2Km et la route de l’Aéroport : 1,2km).

Elle est équipée de 21 stations-voyageurs dont une partie en correspondance avec la future ligne T2 et les BHNS.

Cette première tranche prévoit aussi un Centre de Maintenance sur la route de l’Aéroport au niveau de l’oued Agareb, dimensionné pour accueillir à terme les Tramway des extensions de la ligne T1 et ceux de la ligne T2.

L’Etude APS comprend : 

– Une Etude de Transport déclinée en quatre phases dont celle de la campagne de comptage et d’enquête OD. Celle-ci confirme le besoin en mobilité. 95% des personnes enquêtées trouvent que le nouveau Tramway constitue une solution à la congestion et sont prêts à utiliser ce nouveau mode de transport.

– La modélisation du trafic futur sur le 1er tronçon de la ligne T1 montre que la charge journalière globale est évolutive en passant de 51.429 usagers en 2022 à 118.137 en 2032 et 199.434 usagers en 2042.

L’Etude a défini également l’insertion urbaine du Métro Léger, les aménagements des parkings relais et pôles d’échange, le design des stations, l’aménagement urbain et paysager et la libéralisation des emprises.

Cette insertion dépend de la disposition de la plateforme du Tramway qui sera implantée dans l’axe de l’emprise totale disponible de façade à façade ou latéralement sur quelques tronçons.

La première tranche de la ligne T1 comporte quatre pôles d’échange qui représentent les nœuds d’articulation qui permettront aux usagers du Tramway de changer de ligne pour rejoindre diverses destinations et d’assurer la correspondance avec d’autres modes de transport.

Le Design des stations scrute au travers des évolutions de la société contemporaine tout en tenant compte du rôle de la conception spatiale comme outil de base du transport urbain.

Le Tramway de Sfax aura des stations qui nous permettront d’entrer dans ce nouveau « espace-temps », du côté de la géographie pour apprendre à considérer la forme urbaine à d’autres échelles. Aujourd’hui, la géographie prend le pas sur l’histoire et « l’horizon » remplace « la perspective» dans le « dessin urbain ».

Avec ce Projet de Transport en Site Propre, la mobilité qui était quasi absente du vocabulaire de l’Architecte Urbaniste, acquiert ses lettres de noblesse. Ainsi, une station de Tramway, en tant que lieu du mouvement constitue un enjeu pour lui car elle est devenue un nouvel espace de modernité. Le Design des abris ambitionne d’être une excellente synthèse entre esthétique, occupation de l’espace et fonctionnalité.

Autres valeurs fondamentales : la dimension écologique à travers les corbeilles de propreté, en réconciliant esthétique du mouvement et esthétique écologique. Quant à la composante « Eclairage », elle est révélatrice d’une modernité sobre.

L’Etude porte également sur l’Aménagement urbain et paysager, le choix du Revêtement, le mobilier urbain, l’aménagement des Espaces verts. A ce sujet, les propositions partent du concept de « la ville écologiquement durable » qui tient compte dans sa planification de l’écologie, l’économie et la sociologie urbaines.

En effet, planifier une ville durable nécessite la plus grande compréhension des relations entre les citoyens, les services, les systèmes de transport, le bâti…et de leur impact tant sur l’environnement local que sur une sphère géographique plus large.

Problèmes écologiques et problèmes sociaux ne sont pas dissociés. C’est que les politiques qui visent à améliorer l’environnement peuvent aussi améliorer la vie sociale des citadins. Les solutions écologiques sociales et de mobilité se renforcent mutuellement et permettent de construire une ville plus respectueuse de la santé, plus vivante, agréable et ouverte. Mais surtout, durabilité signifie qualité de vie pour les générations futures. Ainsi, le Métro Léger de Sfax est porteur d’une meilleure qualité de vie.

La partie consacrée à l’Emprise à libérer a déterminé tout ce qu’il faut le plus tôt possible démolir ou supprimer, les limites de l’Emprise et le nouvel alignement exigé pour le démarrage des travaux.

Enfin, le Système de Transport défini par l’Etude APS a pour objectif majeur de couvrir les besoins d’Exploitation et de Maintenance.

Ses constituants couvrent le Matériel roulant, la distribution d’énergie traction et d’énergie basse tension aux équipements fixes, la ligne aérienne de contact, le Système d’Aide à l’Exploitation/ Information Voyageurs, la signalisation ferroviaire, la Gestion Technique Centralisée et les Télécommunications y afférentes. Celles-ci regroupent le Réseau Multi-Service, la radio, la Vidéosurveillance, la sonorisation, la Téléphonie/ Interphonie, le Contrôle d’Accès et la Détection d’intrusion, la synchronisation et la distribution horaire et le réseau sans fil du CDEM.

La Billettique sera gérée par un Système conçu pour offrir une flexibilité conséquente tout en limitant les coûts, permettant de configurer la plupart des gammes tarifaires utilisées, le plus souvent, sur des projets de Tramway.

Concernant le Matériel roulant, il aura des caractéristiques compatibles avec les offres des constructeurs. La vitesse maximale technique, à plat, sera de 80km/h ; sans pour autant oublier que ce Matériel assurera les diverses fonctionnalités du Tramway de la façon la plus efficace et la plus fiable possible.

Sur le plan design, ce système de mobilité métropolitaine s’inscrira dans la culture méditerranéenne de Sfax en optant pour deux couleurs : le bleu de ses côtes et/ou le vert, couleur dominante dans ses oliveraies étendues à     l’infini. 

Une approche 

participative

Le volet environnemental et social des Etudes APS de la 1ère tranche de la Ligne T1 réaffirme que l’augmentation constante de la demande en mobilité dans le Grand Sfax et l’incapacité de la SORETRAS à y faire face ne sont pas sans conséquences : pléthore du transport individuel : voitures particulières, motocycles et taxis.

D’après les statistiques de la Direction Régionale du Transport de Sfax, le parc automobile a été quadruplé en 20 ans en passant de 45.000 véhicules en 1987 à 222.000 en 2016.

L’infrastructure de transport n’a pas suivi cette évolution et le Transport en commun s’est dégradé en qualité de service et de moyens. Il en résultait une congestion permanente et paralysante de la ville ainsi qu’une pollution atmosphérique et sonore préoccupante.

« S’il y a un sujet qui est passé dans le grand public, à Sfax, c’est bien la mobilité. Celle-ci est un droit et un facteur d’intégration. Notre Projet de Transport en Commun en Site Propre qui est, au fond, celui de Sfax, de ses habitants, est non seulement un facteur d’intégration mais aussi un grand levier de développement durable et de réconciliation écologique de la Ville », explique M. Rachid Zaier, Président Directeur Général de la SMLS.

Aujourd’hui, l’idée de la mobilité comme un droit n’étonne personne. Etant au cœur des sociétés modernes, elle est considérée comme une valeur fondamentale, la condition du changement, du progrès, du développement socio-économique et des aspirations des citoyens à choisir les lieux et les contenus de leurs activités, à construire eux-mêmes leur vie…la mobilité en tant que droit générique qui donne accès aux droits fondamentaux.

Ce n’est donc pas étonnant si la SMLS a voulu que le Projet dans son ensemble (et la ligne T1 plus particulièrement) soit un Débat de société.

La consultation publique portant sur les résultats et les hypothèses des Etudes relatives à la Ligne T1 du réseau TCSP, a été annoncée le 23 janvier 2019 à travers le site web de la société et sa page officielle, les journaux et les chaines de radio. Il y a eu également une campagne d’affichage dans les places publiques et tout au long du parcours de la ligne T1 et sur les panneaux de publicité numérique. Deux semaines plus tard, la SMLS a organisé au siège du Gouvernorat le séminaire inaugural de la consultation, sous l’égide de M. Hichem Ben Ahmed, ministre du Transport, et en présence des cadres de la région, de ses députés, des représentants des organisations nationales, des représentants de la société civile, des membres du Conseil municipal de la Municipalité de Sfax et celle de la Chihia, des représentants des médias, des membres du Comité technique, des experts du Bureau chargé des Etudes APS, APD, DAO, SYSTRA-STUDI et ceux de l’Assistance technique AMO. 

Le 9 février 2019, la Société a tenu son premier Rassemblement à la salle des Fêtes de la Municipalité de Sfax. Ouvert à tous les citoyens, cet évènement a permis de présenter les résultats des Etudes préliminaires, de lancer une réflexion publique sur le Projet et de relever les avis et les réactions des participants aux quels des prospectus et des dépliants ont été distribués. Le même évènement s’est reproduit le 16 février à l’arrondissement municipal de la Cité El Habib, le 23 février 2019 au siège de la Municipalité de la Chihia.  La clôture de cette Consultation s’est déroulée le 9 mars 2019 dans le cadre d’une rencontre  avec les universitaires au siège de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax. Ils ont pris connaissance des spécificités techniques du Projet dans ses différentes composantes. Un Accord de partenariat a été signé entre la Société d’une part et l’Université ainsi que les Institutions y afférentes d’autre part.

« Nous avons tenu à ce que le Projet, à commencer par la ligne T1, ne soit pas uniquement entre les mains d’ingénieurs et d’experts, principalement ceux du Bureau d’Etude SYSTRA-STUDI. Notre approche était participative: nous avons impliqué les différentes composantes de la société sfaxienne et plus particulièrement les citoyens et leurs représentants concernés par le parcours de la ligne T1, dans des réflexions constructives et sérieuses. C’était une excellente synthèse d’interdisciplinarité émanant du futur usager quotidien de la ligne en 2022»; indique le Président Directeur Général. Contrairement à d’autres projets urbains, pour le Métro de Sfax, il ne s’est jamais agi d’apporter des solutions plaquées. La Société du Métro Léger de Sfax a pris l’ensemble des citoyens concernés comme partenaires et les a incités à réfléchir à leurs besoins en termes de mobilité, en site propre, juger les résultats et les points clés de l’Etude préliminaire et à proposer des idées et des solutions nouvelles pour une meilleure mobilité.

L’objectif : avoir un compromis urbain sur la mobilité telle qu’elle sera édifiée par la SMLS. Celle-ci a eu le mérite d’avoir su mettre à profit le mécanisme fondamental de la sociabilité, l’approche participative, ce que les sociologues ont conceptualisé comme l’individualisme en réseau.

A la tête de la SMLS, on a découvert un homme pénétré d’une conviction majeure: «On ne peut pas comprendre, penser, ou imaginer les Transports ou toute autre composante de la Ville sans comprendre et intégrer au raisonnement les forces qui animent la société ». Son énergie d’un généreux ne devait rien au hasard ; mais à des qualités dérobées dans sa modestie : l’esprit d’équipe, la fibre communicative pour  l’exploration de nouvelles questions à partir d’horizons divers, une foi dans l’innovation, dans la capacité des citoyens à s’approprier un Projet et à dessiner le futur.

Aujourd’hui, la SMLS remercie vivement tous ceux à l’échelle nationale et régionale qui ont contribué à l’avancement à pas sûrs du Projet.

La SMLS poursuivra son modèle de gouvernance participative, de solidarité, de responsabilité et de mutualisme: elle rassemblera toutes les données, réactions et suggestions recueillies qu’elle diffusera au grand public sur son site web ainsi que le site national des consultations publiques, sous forme d’un rapport détaillé, au cours de la 3ème semaine du mois de mars 2019. Ce rapport fera partie du Dossier qui sera remis au Comité de validation des Etudes présidé par le ministre du Transport.

On prévoit le démarrage des Etudes APD et la préparation des Dossiers d’Appels d’Offres, DAO, au mois de mai 2019.

Ces Appels d’Offres portant sur les travaux, les équipements et les matériels nécessaires seront publiés au début de l’année 2020.

Le coup d’envoi des travaux sera donné à la fin du 1er semestre de 2020.

« Ce calendrier paraît réaliste et réalisable si l’on tient à ce que : 

– Les Etudes APS soient approuvées au cours du mois de mai prochain ; 

– La libération de l’emprise soit lancée et que la déviation des Réseaux publics soit réalisé en juillet 2019 ;

– Et la décision concernant la sélection des pourvoyeurs de fonds soit faite avant la fin de l’année en cours, estime M. Rachid Zaier.

« La Gouvernance du Projet de la ligne T1 du Tramway de Sfax et son suivi se déroulent conformément aux normes internationales et au code de bonne conduite dans l’optique de relever les défis et remporter les challenges : ceux afférents à la complexité du Projet et ceux relatifs aux attentes de la ville et à sa vision futuriste ; a-t-il ajouté.

La SMLS a aujourd’hui deux ans et demi. Elle a pu surmonter toutes les difficultés qu’elle a rencontrées grâce à l’esprit de collaboration qui unissait tous les intervenants.

« Dans les prochaines étapes, nous allons rencontrer des difficultés. Nous seront capables de les vaincre grâce à la volonté nationale et régionale, de cristalliser le Projet à travers la mobilisation de tous pour son avancement tout en tirant profit des expertises capitalisées et l’enthousiasme de l’Equipe de pilotage du Projet,» a souligné le Président Directeur Général de la Société.  

Laisser un commentaire