breaking news

M. Kamel Belkahia, Président Directeur Général du Pôle de Compétitivité de Bizerte

janvier 22nd, 2019 | by admin
M. Kamel Belkahia,  Président Directeur Général du Pôle de Compétitivité de Bizerte
Economie
0

L’aspect stratégique qui caractérise la position géographique de Bizerte aurait pu être l’un des atouts militant en faveur de la construction d’un grand Terminal à conteneurs. Un Terminal qui aurait pu devenir l’une des plateformes les plus importantes dans le bassin méditerranéen.

Une telle réalisation qui n’avait été qu’un rêve aurait pu faire de Bizerte un acteur plus dynamique de l’internationalisation des sociétés et de l’économie tunisiennes.

« Quand j’étais Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bizerte, j’ai tenu à ce qu’un grand Terminal à conteneurs soit réalisé sur la rive la mieux appropriée. Je demeure convaincu que Bizerte, de part sa position géographique inouïe, offre la bonne solution ; affirme M. Kamel Belkahia, Président Directeur Général du Pôle de Compétitivité de Bizerte.

Concernant le Port, à l’état actuel, il estime que son problème majeur c’est qu’il est entravé par l’agglomération urbaine qui s’est développée autour de lui et par le canal.

« Il est vrai que l’activité du port a évolué durant les dernières années en marchandises diverses et en vrac liquide ; cependant le seul Port outillé pour le chargement et déchargement de conteneurs est celui de Radés. Qu’il soit grand petit ou de taille moyenne, un Terminal à conteneurs est jugé en fonction de ses services et, plus particulièrement, du rendement des opérations de manutention portuaire.

« Tout projet de construction d’un Port en eaux profondes qui nécessite un tirant d’eau de 17m ou d’un Terminal nécessitant un tirant d’eau de 12 ou 13m devrait avoir comme principal fondement le trafic maritime visé ; indique M. Kamel Belkahia.

Le début des travaux du Port en eaux profondes était programmé en 2009; et en 2015, il traiterait 2,5 millions d’EVP, et serait doté d’une ZAL de mille hectares dédiée aux activités de stockage/ déstockage, de groupage/ dégroupage, etc.

Dix ans plus tard, le projet est encore sur plan ; au moment où, au Maroc, Tanger Med avec ses deux Terminaux, à 14km des côtes espagnoles et à 25km d’Algesiras, accapare 85% des flux de transbordement.

« D’autres ports en eaux profondes comme celui de Gioia Tauro, au Sud de l’Italie, ont été construits et sont en train de profiter de l’augmentation du trafic maritime mondial.

Le marché des hubs 

est-il saturé ?

Selon Hamburg Institute of International Economics, HWWI, deux zones verront leur activité grandement renforcée à horizon 2030: Les ports du Nord : Hambourg, Brême, Anvers, Le Havre ou encore Felixstowe verront leur position de leader affermie.

Deuxième zone gagnante : les ports du Sud de l’Union européenne. Ainsi, le trafic conteneurisé des ports d’Algésiras, Valence et Barcelone en Espagne, Marseille en France, Gênes et Gioia Tauro dans la partie Sud de l’Italie connaîtront une très forte croissance.

Gioia Tauro qui n’existait pas au moment où nous parlions du Port d’Enfidha est devenu en 2011 le 1er port italien et le 5ème méditerranéen en termes de trafic conteneurs, avec un trafic total de 2,2 millions d’EVP.

Dans cet environnement fortement concurrentiel auquel de grands complexes portuaires ne font face qu’avec peine, que ferait le Port d’Enfidha ? Le marché des hubs portuaires est-il saturé ?

« Pour moi, les considérations purement nationales priment. Que le futur hub portuaire soit à Bizerte ou à Enfidha, peu importe ; pourvu qu’il réussisse et atteigne les objectifs qui lui sont assignés ; souligne le Président du Pôle.

Par ailleurs, avec l’avancement dans le processus de gouvernance locale démocratique, chaque région sera appelée à renforcer ses capacités, à chercher les fonds nécessaires et à favoriser sa professionnalisation et son autonomisation. Elle consentira des efforts considérables pour moderniser et mettre à niveau son infrastructure portuaire, ajoute-il.

En dépit du fait que, dans certains ports, l’infrastructure actuelle semble en mesure de répondre aux besoins, il est certain que des investissements supplémentaires seront nécessaires pour traiter la croissance rapide du trafic de conteneurs. Des investissements qui induiront une augmentation de productivité, d’efficacité et d’efficience. 

Laisser un commentaire