breaking news

Riadh Mouakhar, ministre des Affaires locales et de l’Environnement

novembre 21st, 2018 | by admin
Riadh Mouakhar,  ministre des Affaires locales et de l’Environnement
Industrie
0

La Décentralisation « planifiée » trouve son point d’appui dans le concept de « Développement local » ; c’est-à-dire le traitement local des problèmes économiques et sociaux, la mise en œuvre, le plus souvent dans un cadre de coopération intercommunale, assurant une maîtrise d’ouvrage commun, des projets coordonnant les actions à entreprendre dans tous les secteurs de l’action publique. L’objectif étant d’avoir des villes durables ; des villes où il fait bon vivre. « Changer la réalité de nos villes passe par l’action prospective du processus démocratique, les stratégies, et des plan d’action clairs», affirme Riadh Moakhar, ministre des Affaires locales et de l’Environnement.

Après avoir placé la tenue de la 1ère Journée Nationale des Collectivités Locales dans son cadre, Riadh Moakhar, ministre des Affaires locales et de l’Environnement, a mis en relief les défis à relever pour que les communes puissent jouer pleinement leur rôle dévolu ; des défis qui concernent essentiellement le développement des capacités des communes sur les plans humain, financier et organisationnel.

Le ministre a également mis l’accent sur les Programmes et les Plans d’action qu’il faut mettre en œuvre en vue d’améliorer ces capacités durant la première session électorale, une session qu’il a qualifiée de « constitutive ». Et c’est en guise de préparation minutieuse à l’application des dispositions du Code des Collectivités Locales que ces Programmes et ces Plans seront mis en œuvre.

Pour agir efficacement, une dimension commune et déterminante pour la qualité du milieu urbain a été retenue : l’environnement. L’approche nouvelle consiste à intégrer cette dimension à toutes les autres dimensions et aux politiques qui s’appliquent à la Localité.

Une action collective

« L’action municipale est une action collective qui concerne toutes les parties prenantes : élus au suffrage universel, administration, société civile, et différents secteurs ; cependant, la première responsabilité incombe à la commune. Cela implique la formulation de choix et d’objectifs bien précis pour les conseils municipaux.

Ainsi, « le ministère des Affaires locales et de l’Environnement passe de la mission de tutelle à celle de la prospective et de l’Accompagnement. » a-t-il remarqué.

Ce changement se traduit par l’élaboration des stratégies, la recherche de financements et des soutiens financiers, ainsi que la détermination des moyens à mettre en œuvre en vue de moderniser l’Administration, de la digitaliser et d’accompagner les communes dans leurs efforts visant à améliorer la filière de gestion et de planification sans oublier la mise en place des Programmes de formation.

La commune :

Pivot de nos

préoccupations

« La commune est le pivot des préoccupations du ministère des Affaires locales et de l’Environnement. D’où l’effort consenti par le ministère pour épauler tous les intervenants dans les Affaires locales : Associations et organismes locaux et internationaux, que je salue pour le rôle qu’ils jouent d’une manière rationnelle à cette étape ; sans pour autant oublier les médias et les secteurs public et privé qui contribuent à l’amélioration de la performance de l’action municipale ; a-t-il indiqué.

« Nous avons adopté depuis 2016 un nouveau Système d’évaluation de la performance des communes, qui a permis l’émergence d’un nouveau facteur basé sur la compétition entre les villes tunisiennes dans une optique d’Excellence. Nous avons voulu que cette Journée soit un rendez-vous annuel au cours duquel nous évaluons l’action municipale, favorisant ainsi le renforcement d’un climat plus favorable à la compétition », a-t-il ajouté.

La contribution précieuse

de la Prospective

Selon le ministre, ce n’est ni le Code des Collectivités locales ni les textes d’application, ni le travail quotidien pour soutenir les communes, ne pourront faire émerger une nouvelle réalité de l’espace urbain en Tunisie.

« C’est grâce à l’action prospective du processus de Décentralisation, les stratégies et les Plans d’action clairs à mettre en œuvre que nous pourrons changer la réalité de nos villes. Cela nécessite une meilleure coordination entre les différentes structures sectorielles dans le cadre du transfert d’une première liasse de prérogatives de proximité et plus particulièrement dans les domaines de la Santé, de l’Education, du Transport, de l’aménagement du Territoire et de l’Environnement. Cela nécessite également la révision du positionnement de la Haute Instance de la Prospective et l’Accompagnement du Processus de Décentralisation pour pouvoir négocier convenablement les dossiers qui lui ont été confiés d’une manière horizontale, conformément à la vision approuvée par le Conseil ministériel de 2015 », a-t-il indiqué.

Une réussite

conditionnée

La réussite du processus démocratique dans le domaine local dépend des efforts conjugués, déployés par les organisations, et les associations qui sous-tendent la notion de participation dans la prise de décisions, le soutien, le suivi et le contrôle de l’action municipale.

Les attributions de proximité conviennent parfaitement à la dimension communale ; la solidarité traduit logiquement la tradition départementale et le développement socio-économique correspond à la raison d’être de la région.

Un espace d’échanges

Riadh Moakhar est revenu à la question de la Journée pour préciser que ce rendez-vous était spécialement conçu pour permettre aux Collectivités Locales d’échanger et de partager leurs expériences, à travers la présentation de leurs spécialités, leurs réalisations et leurs projets futurs dans le cadre d’une exposition et de rencontres multilatérales entre les communes, les bailleurs de fonds et le secteur privé.

La Journée est également un espace de débat autour des grandes réformes en matière de la gestion municipale, de la Gouvernance locale, de la planification et de l’innovation…des centres d’intérêts déjà fixés en concertation avec les communes.

Laisser un commentaire