breaking news

Jaouhar Labidi, Directeur Général du CENAFFIF

juillet 20th, 2018 | by admin
Jaouhar Labidi,  Directeur Général du CENAFFIF
FORMATION
0

Développer le capital humain des entreprises dans tous les secteurs, sans exception, ne pourra se faire qu’en s’adaptant aux impératifs de la compétitivité internationale. Celle-ci place la formation parmi les règles majeures, si ce n’est la première, dans le développement des avantages compétitifs favorisant l’émergence d’entreprises performantes et, par conséquent, le développement socio-économique du pays.

Cependant, la Formation est à la fois une prestation complexe et un service qu’il faut optimiser. D’où l’importance de l’ingénierie dans ce domaine, assurée en Tunisie depuis Février 1993, par le Centre National de Formation de Formateurs et d’Ingénierie de Formation, CENAFFIF.

 

Le Centre National de Formation de Formateurs et d’Ingénierie de Formation qui a fêté, au mois de février dernier, son 25ème anniversaire, constitue une pièce maîtresse dans le dispositif institutionnel de la Formation professionnelle en Tunisie.

Un dispositif qui a été mis en œuvre, concomitant la création du ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi.

Situé en amont du processus, ce Centre assure les missions suivantes :

1- Développer les pratiques de l’ingénierie de la Formation, une démarche qui permet de concevoir des formations de manière rationnelle, selon un processus composé de trois grandes étapes : l’Analyse du besoin et la rédaction du cahier des charges, la conception du dispositif de Formation et la conception pédagogique et enfin la réalisation qui se traduit par le pilotage, l’animation et l’évaluation de la Formation.

2- Doter le dispositif national de la Formation Professionnelle de tous les préalables et les attributs qui lui permettent de dispenser une Formation efficace d’une manière efficiente.

En effet, le CENAFFIF apporte son appui à l’échelle nationale à l’ensemble des opérateurs publics et privés de Formation. Du côté public, nous trouvons l’ATFP qui opère sous la même tutelle, l’AFMT, l’Agence Nationale de Formation dans les Métiers du Tourisme qui relève du ministère du Tourisme, l’Agence de Vulgarisation et de Formation Agricole, AVFA, opérant sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques, et de la Pêche ; parmi d’autres structures chargées de la Formation pour le personnel de la Santé, de la Défense nationale…

Le CENAFFIF offre également ses prestations d’appui à l’ensemble des acteurs privés de la Formation. Le Centre est appelé à élaborer la configuration des programmes de Formation pour l’ensemble de ces acteurs ou, le cas échéant, à valider ces programmes pour qu’ils aboutissent, à juste titre, à la délivrance de diplômes de l’Etat, diplômes homologués que proposent les acteurs privés autorisés à dispenser des Formations diplomantes.

L’avis du Centre est formulé après l’analyse approfondie du besoin de telle ou telle Formation en relation étroite avec le marché du travail ; le travail défini comme une activité qui permet à l’individu d’accomplir quelque chose d’utile et de valoriser par ses pairs et, ce faisant, de se réaliser comme citoyen responsable.

Cette analyse permet l’identification de l’organisation d’où émane le projet de Formation, la détermination du contexte de la demande, la situation actuelle et la situation visée, la population ciblée, les objectifs de la Formation, les éléments du contenu, le dispositif d’évaluation de la Formation et les contraintes d’ordre temporel et budgétaire.

Ce sont les éléments nécessaires à préciser et à définir par rapport au type de Formation, aux facteurs de compétence qui se dégagent à travers les programmes, à la pertinence des objectifs pédagogiques et au niveau recherché. Rappelons qu’en Tunisie, la Formation professionnelle dédie trois diplômes et un quatrième niveau, à savoir, le certificat de compétence.

Il s’agit du Certificat d’Aptitude Professionnelle, CAP, le Brevet de Technicien Professionnel, BTP et le Brevet de Technicien Supérieur, BTS.

3- Assurer la Formation et le Développement des compétences de l’ensemble des acteurs : les Formateurs, les Directeurs de Centres, les Responsables de Formation et les Conseillers en Ingénierie de Formation.

Partant du fait qu’il n’y ait jamais de bonne Formation sans bons Formateurs, il est évident que ces derniers ont toujours besoin d’une Formation spécifique de la filière à la quelle ils sont destinés. Le souci pédagogique occupe une place de choix dans cette Formation tels que le savoir, le savoir-être et le savoir-faire à transmettre.

4- Accomplir les travaux de Recherche-Développement-Innovation et veille pour demeurer au diapason de l’évolution que connait l’ingénierie de la Formation à l’échelle mondiale.

Une approche

tridimensionnelle

Dès qu’il a pris ses fonctions à la tête du CENAFFIF, Jaouhar Labidi, ancien cadre du centre, a initié un projet de mise en œuvre d’une nouvelle organisation en parfaite harmonie avec la Stratégie du Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi et les missions du CENAFFIF.

« Ce projet déjà mis en œuvre consiste à inculquer une nouvelle approche tridimensionnelle :

– Répondre d’une manière plus rationnelle aux besoins des professionnels partant du fait que la Formation est un des enjeux de la performance puisqu’elle permet de relever les défis stratégiques posés à la GRH dans le contexte de la mondialisation.

– Répondre aux besoins de l’individu, l’apprenant que nous plaçons au centre de l’action d’apprentissage. Cela se traduit par la transition vertueuse de la Formation d’un technicien, selon une approche purement technicienne, vers la Formation d’un bon citoyen qui adhère à des valeurs ; celles de la citoyenneté : le respect d’autrui, la culture de l’intégrité, la culture de la performance, la déontologie, , le souci du travail en équipe…, le citoyen auquel fait allusion Voltaire en disant : « Sois un héros ; si tu veux être plus sois un bon citoyen ! ».

– Répondre aux besoins sur le plan régional : Il s’agit de lancer une dynamique décentralisatrice de la Formation en faveur de l’emploi dans les régions en rapport avec le Développement régional.

Cette orientation fait ressortir l’importance de la création de bassins d’emplois, un découpage assez particulier « tiré par le marché de l’emploi ». Elle se traduit désormais par une meilleure adaptation de l’offre de formation et les moteurs de création d’emplois. »

Le CENAFFIF,

Un organisme accréditeur

La nouvelle Direction du CENAFFIF a décidé de sortir des sentiers battus et de présenter de nouvelles idées pour promouvoir la Formation des Formateurs. « Nous essayons de monter d’un cran en ce qui concerne les Formateurs dédiés aux Centres de Formation publics ou privés : Aller au-delà de la Formation des Formateurs vers leur certification ou accréditation selon un référentiel normatif international ; nous affirme Jaouhar Labidi.

Sur le plan technique, la décision est solidement assise sur un mode de fonctionnement rigoureux. Elle sera appuyée par une approbation politique. Ainsi, le CENAFFIF aura la stature d’un organisme certificateur et accréditeur. Ce leitmotiv l’incite davantage à assurer une certaine démultiplication de son portefeuille de compétences et d’expertises pour voir l’émergence d’une équipe pilote d’Auditeurs, Examinateurs et certificateurs.

Dorénavant, le CENAFFIF est appelé à former et à certifier ses Formateurs. Ceux qui sont recrutés par les acteurs de la Formation professionnelle comme l’ATFP ou l’AVFA, seront également préparés pour être certifiés.

Un système d’accréditation des Etablissements de Formation sera élaboré. « Nous voulons qu’il y ait au moins un Etablissement de Formation professionnelle habilité dans les plus proches délais, indique le Directeur Général du Centre. Cette habilitation revêt deux aspects :

– Opérer dans le domaine de la Formation ;

– Faire des examens et certifier.

« Notre nouvelle philosophie dans ce domaine-clé qu’est l’ingénierie de Formation est de migrer, non sans raisons, d’une ingénierie classique vers une ingénierie de certification », ajoute-t-il.

Aujourd’hui, devant la multiplicité des critiques adressées à l’encontre des Centres de Formation, le seul moyen de prouver la qualité de la Formation est la certification de l’apprenant selon les normes internationales aux quelles sa spécialité est assujettie.

Citons l’exemple d’un apprenant qui rejoint un Centre de Formation en soudure, le diplôme qu’il obtiendra sera solvable sur le marché du travail à l’échelle internationale s’il a le mérite d’être certifié selon un standard international.

Cette nouvelle philosophie que promet le CENAFFIF ne doit rien au hasard : elle est dictée par une mondialisation rampante, l’ouverture de l’économie tunisienne qui vise à s’intégrer de plus en plus dans l’économie mondiale, et entend s’y tailler une place de plus en plus grande dans un contexte où la concurrence est chaque année plus vive.

Valoriser la Formation

professionnelle

Dans le Débat sur l’Emploi qui traverse, obligatoirement, toute la Tunisie, le ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi ne cesse de souligner le rôle moteur que devrait jouer la Formation professionnelle. Un large accord s’est dégagé sur la nécessité de la promouvoir et de la valoriser.

Promotion et Valorisation forment un axe prioritaire dans la Stratégie du ministère. La redéploiement du CENAFFIF s’inscrit dans cette perspective et privilégie, par conséquent, la Déscolarisation de la Formation professionnelle. Cela signifie que cette Déscolarisation peut finalement profiter à des jeunes jusque-là traumatisés par l’échec scolaire. D’où la pertinence de l’idée d’aménager un plan de Formation sur mesure et suffisamment attractif. Quelles perspectives ouvrir à un jeune détenteur d’un BTP en Maintenance industrielle ou  en pâtisserie, désireux d’avoir son BTS, en l’obligeant à refaire les mêmes cours en français, anglais ou en chimie ? C’est une perte de temps et d’argent ; un gâchis pour le contribuable et une démotivation pour l’apprenant.

Proposer à ce dernier uniquement les modules de qualification supérieure à la quelle il aspire, est la garantie la plus solide de l’efficacité et de l’adaptabilité du Système de Formation professionnelle, selon le Directeur Général du CENAFFIF.

Une phase préparatoire

à la Formation

professionnelle

Parmi les idées de projets qui foisonnent au CENAFFIF, on peut également citer les réflexions portant sur la création d’une Formation préparatoire en appui à la Formation professionnelle. Il est intéressant de noter que ce cycle de Formation d’une année par exemple est dédié à une population qui quitte l’école avant l’âge de 16 ans. Le dispositif de la Formation professionnelle actuel ne prend pas en charge ces dizaines de milliers d’adolescents qui abandonnent le système scolaire avant cet âge. Le cycle préparatoire sera donc une « Formule neuve et innovante » qui les protègera des dangers traumatisants de la rue, et leur offrira des espaces d’animation cultivant les valeurs de la citoyenneté, des soft skills, un esprit d’ouverture, l’amour des langues, les fondements raisonnables du « bien-agir » et l’épanouissement de leurs talents.

Aujourd’hui, la Formation professionnelle ne doit plus « vivre » sous le signe de l’échec. L’heure de sa Valorisation dans l’esprit des jeunes, dans la famille et dans la société, sonne, l’inscrivant désormais comme composante essentielle du développement humain et du développement socio-économique du pays. Les success stories ne manquent pas, illustrant une véritable voie de réussite. Le modèle allemand en témoigne : 75% des apprenants s’orientent vers la Formation professionnelle.

Formation : le marché est

le seul régulateur

« La Formation professionnelle devrait évoluer vers une offre de Formation différenciée, mais assurant un haut niveau de qualification et préparant à des fonctions de Management. C’est dans ce cadre que nous étudions un projet de la Formation professionnelle bac+5 ; souligne Jaouhar Labidi.

Ainsi ce secteur consolide ses liens avec la dynamique économique dans une logique de marché. C’est le marché du travail qui est le seul régulateur ; et c’est lui qui sanctionne : Les statistiques de l’emploi montrent que 60% des diplômés de la Formation professionnelle sont insérés dans les milieux professionnels.

Vers une ingénierie de

proximité

Le CENAFFIF, dans la Réforme engagée, adopte avec ferveur la foi décentralisatrice après s’être, pendant 25 ans, adonnée avec passion à la vénération centralisatrice.

Une réponse dictée par les défis que devrait relever « la Région » ; la dimension régionale du Centre, en perspective, marque la nécessité impérieuse d’une nouvelle donne.

Pour mieux servir, d’une manière réactive, les acteurs de la Formation professionnelle, le Centre aura un réseau de représentations régionales et définira un style particulier de relations entre la structure centrale et les structures régionales, engendrant des effets induits sur l’efficacité des prestations, le fonctionnement et les performances du système de Formation.

Prospective des métiers

et qualifications

A la Direction « Recherche et Innovation » qui figure parmi les Directions techniques du CENAFFIF, des travaux de prospective des métiers et qualifications sont conduits pour accompagner les transformations du travail et de l’emploi induites par les mutations technologiques, sociologiques et économiques.

Elle s’attache à examiner les perspectives d’évolution des ressources humaines et de l’emploi par métier. Il en résulte la mise au point d’un instrument susceptible de nourrir les démarches de programmation des Formations en prévision, d’éclairer les choix individuels et de fournir des données fiables en vue d’améliorer la fluidité du marché du travail tant à l’échelle nationale qu’au niveau régional. Les projections en termes de besoins du marché du travail seront donc anticipées avec un niveau d’incertitude réduit.

Les travaux prospectifs de cette Direction permettent ainsi d’identifier les tendances structurelles qui gouvernent les évolutions en cours et à venir des métiers et des qualifications.

Cette Direction a contribué dernièrement au Forum africain par une communication sur les nouveaux métiers émergents et les moyens de s’y préparer. Elle travaille aujourd’hui sur les métiers de la mer, les nouveaux métiers, et les nouvelles filières liées à la digitalisation de l’économie et la manière d’adapter les méthodes de Formation aux aptitudes des jeunes à l’heure du Numérique. Ce dernier est l’un des secteurs qui recrutent le plus, en Tunisie et partout dans le monde, à la fois pour les entreprises du secteur et pour les organisations de l’économie réelle qui se digitalisent.

L’émergence du commerce en ligne, des smart phones, des réseaux sociaux et des objets connectés, a contribué à la création de nouveaux besoins et de nouveaux métiers.

Appui à l’entreprise

formatrice

La Formation professionnelle doit être l’affaire des entreprises.

Comment cette affirmation se traduit-elle dans la pratique pour que la Valorisation des Ressources Humaines soit effectuée d’une manière efficace sur les lieux de production des biens et des services ?

Les Japonais ont compris que la qualité de ces derniers devrait être obtenue à la source par l’élimination systématique de toutes les causes de non-qualité dans l’exécution. Cela les a conduits, en particulier, à s’intéresser à la Formation professionnelle des opérateurs. Les Allemands n’ont d’ailleurs jamais été en reste. La Formation des techniciens gagne à ne pas être exclusivement technicienne. Elle doit être adaptée à l’entreprise, et conçue, dés le départ, comme étant au service d’une organisation particulière avec des exigences particulières, et en parfaite synergie avec ses structures, ses méthodes et ses savoir-faire particuliers.

La prise en charge de la Formation par les entreprises s’explique également par le souci de gestion anticipatrice de l’emploi qu’exige le renouvellement annuel de la force de travail, « Le CENAFFIF est disposé à appuyer les entreprises dans leur démarche relative à la création de Centres de Formation intégrés et à la Formation des Tuteurs. Nous en sommes convaincus ; Nous sommes prêts à les aider à devenir des « Entreprises formatrices », une mutation qui nous semble stratégique, estime Le Directeur Général du CENAFFIF.

« Pour faire de l’Entreprise tunisienne une organisation formatrice, une convention a été signée entre notre ministère et les partenaires internationaux ».

« Notre appui au Développement des compétences est également une mission dont bénéficient les collectivités locales. Le Centre vient de signer une Convention avec le Centre de Formation et d’Appui à la Décentralisation CFAD. Cette Convention porte sur l’appui du CENAFFIF à la Formation des acteurs de la Décentralisation et aux Ressources Humaines communales », ajoute-t-il.

Un centre de renommée internationale

Implanté à Radés Forêt, dans un cadre joignant l’esthétique, l’agrément et le fonctionnel, et favorisant l’émulation et la créativité, le CENAFFIF fait jouer les synergies indispensables entre ses pôles de compétences, intervient sur toute la chaîne de l’ingénierie de la Formation et du Conseil. Il offre à ses clients en Tunisie et à l’étranger un professionnalisme d’autant plus rôdé qu’il s’enrichit de son métier historique : ingénierie et expertise de haut niveau, imprégnées de disponibilité, de rigueur et de compétitivité.

Le CENAFFIF est très apprécié, à juste titre, à l’échelle internationale, ainsi il exporte ses services en Afrique et dans le monde arabe et est mandaté par des organismes internationaux comme la Banque Mondiale pour la réalisation de Missions dans des pays arabes et africains et œuvre avec des partenaires français, allemands et canadiens.

En moyenne, il prend en charge trois marchés à l’export.Ses experts qui forment sa substance vive est un must et un atout fondamental apte à proposer des solutions personnalisées à forte valeur ajoutée.

Après vingt cinq ans de labeur, son ambition, aujourd’hui, est de fédérer les compétences tunisiennes dans un Réseau de réflexion et d’échange qui donnera de la vigueur au Débat sur l’Ingénierie de la Formation et les principaux soucis de la Formation professionnelle qui apparaît comme un vrai Débat de société.

Laisser un commentaire