breaking news

Fatma Damak, Présidente du CIFE-Sfax

février 29th, 2016 | by admin
Fatma Damak, Présidente du CIFE-Sfax
Economie
0

Fatma Damak, Présidente du CIFE-Sfax

« Notre Conseil privilégie tout ce qui permet l’épanouissement de la femme entrepreneur »

Au fil du temps, les femmes en Tunisie ou ailleurs, se sont imposées en tant que force motrice pour le développement, la croissance et la prospérité.

Leur dynamisme n’est plus à démontrer non seulement en tant que femmes actives mais aussi et surtout en tant qu’entrepreneurs. Témoignage de Fatma Damak, Présidente de la Cellule du Conseil International des Femmes Entrepreneurs à Sfax.

La Revue de l’Entreprise :

Le Conseil International des Femmes Entrepreneurs, CIFE, place la création et le développement d’entreprises par les femmes tunisiennes au centre de ses préoccupations. Quelle approche adopte-t-il à ce sujet ?

Fatma Damak :

Le CIFE a été créé pour accompagner les femmes désireuses d’entreprendre et se lancer dans la création de leurs projets, depuis l’idée jusqu’à la réalisation et le développement. Diverses études partent de l’hypothèse selon laquelle une entreprise nouvellement créée doit se développer en passant par tous les stades d’évolution ou disparaître si elle n’y parvient pas. C’est pourquoi notre Institution assiste les femmes entrepreneurs sur tous les plans, administratif et financier en particulier. Une assistance qui s’effectue à travers le réseautage et le relationnel. Le principal problème rencontré par l’entrepreneur qu’il soit homme ou femme, c’est la recherche de la clientèle. Peut-elle se procurer une clientèle suffisante pour livrer ses produits et fournir ses prestations de telle sorte que l’avenir de la société soit garanti ? Lui estil possible, à partir d’un client d’assurer une base de vente beaucoup plus importante, progressivement, et de pérenniser son entreprise ?

Notre Conseil est là pour soutenir ces femmes entrepreneurs qui constituent une fierté pour la vie économique en Tunisie.

La Revue de l’Entreprise :

CIFE est-il conscient de l’intérêt de se déployer sur les marchés extérieurs ?

Fatma Damak :

Notre Conseil est présent sur le territoire national avec la Centrale à Tunis, présidée par Mme Rachida Jabnoun, et des filiales à Sfax, au Kef, à Béja, Jendouba, Hammamet, Nabeul, Mahdia, et Jerba/Zarzis et très prochainement à Kairouan. Cette présence locale est renforcée par un réseau à l’échelle internationale. Aujourd’hui, CIFE est présent à Dubaï, à New York, en Espagne ( Barcelone ), en France ( Paris ) et prochainement il s’installera au Maroc et en Algérie . Nous tenons à ce que notre Institution soit cosmopolitaine parce que l’ouverture sur le monde est un gage de développement.

La Revue de l’Entreprise :

Quels étaient les principaux évènements qui ont marqué la vie du CIFE en 2015 ?

Fatma Damak :

Notre premier grand évènement en 2015, avait pour thème « Innover pour mieux exporter ». Nous avons invité pour cette rencontre tous les organismes opérant sur la scène de l’exportation, comme le CEPEX, la COTUNACE, et l’UTICA…

Nous avons organisé également un workshop au CEPEX portant sur la même problématique vue sous l’angle comportemental : « Quel type de réflexion faut-il mener pour exporter ? » Dans le cadre de la Fête mondiale de la Femme, nous avons rendu hommage aux femmes créatrices, artistes, peintres, poètes, musiciennes… D’autres actions aussi importantes ont en lieu : une campagne pour la « Djebba » tunisienne revisitée, une soirée à la quelle des stylistes – modélistes ont été invitées pour présenter leurs créations dans le cadre de TUNISIA DAYS qui sera reproduit en tant que journées culturelles à l’étranger, par nos ambassades ; une exposition pendant dix jours à l’Espace Fadhel Ben Achour, à la Marsa, avec la participation d’une trentaine de femmes. L’original c’est que toutes les cellules de notre Conseil ont été invitées à contribuer à la réussite de ces actions.

La Revue de l’Entreprise :

Comment le CIFE fonctionne-t-il ?

Fatma Damak :

En tant que structure, notre Conseil privilégie tout ce qui permet l’épanouissement de la femme entrepreneurs : autrement dit, chaque cellule a la flexibilité qu’il faut et dispose de la libre initiative. Composé, chaque cellule propose et conduit son programme d’actions ; sachant que les membres gèrent des entreprises opérant dans divers secteurs : de l’agroalimentaire à la construction métallique en passant par le textile-habillement, le transport maritime, les activités artisanales

Dans ce dernier secteur et en collaboration avec l’ONAT, des femmes travaillant dans la broderie, la création de bijoux, la peinture sur bois et la céramique ont eu accès à des donneurs d’ordre américains pour la vente en ligne de leurs produits.

D’après les recherches menées, on estime que la réduction de l’écart hommes-femmes dans la population active pourrait accroître le produit intérieur brut de plus de 25% par habitant dans les pays de la région MENA dont la Tunisie.

Laisser un commentaire